/news/provincial
Navigation

L’opposition accuse le maire d’ingérence

Il se mêlerait trop de la campagne électorale

Quebec
Photo Stevens Leblanc Le maire de Québec, Régis Labeaume, lors de la conférence de presse sur la saison touristique 2021, lundi.

Coup d'oeil sur cet article

Des candidats dans la course à la mairie tirent à boulets rouges sur Régis Labeaume, qu’ils accusent de se mettre le nez dans la campagne électorale et d’utiliser les fonds publics à des fins partisanes.

Trois candidats ont fait des sorties, lundi, pour dénoncer l’ingérence du maire sortant dans la précampagne électorale.

Celle-ci doit démarrer le 17 septembre, mais des annonces où il est présent avec sa dauphine et nouvelle cheffe de son parti font sourciller. 

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

C’est le cas d’une annonce de 35 millions $ sur la conversion du Colisée pour accueillir des sports « émergents » faite en compagnie de Marie-Josée Savard la semaine dernière. 

Quebec
Photo Stevens Leblanc

Utilisation des fonds publics

Pour Bruno Marchand, de Québec forte et fière, c’est une annonce électoraliste et le maire a utilisé les fonds publics à des fins partisanes. Il réfléchit à la possibilité d’alerter le Directeur général des élections. 

Le chef de Québec forte et fière, Bruno Marchand
Photo Stevens LeBlanc
Le chef de Québec forte et fière, Bruno Marchand

« À partir du moment où on utilise les ressources de la Ville pour faire une annonce électorale comme ça, on est en droit de se questionner : est-ce qu’on utilise les ressources financières et humaines de la Ville à bon escient ? » a avancé le candidat Marchand, lors d’une mêlée de presse. 

Il y a, selon lui, « confusion », « proximité » et « interférence dans la campagne ». Le maire n’a pas souhaité réagir ni entrer dans la campagne. Régis Labeaume estime que l’annonce du Colisée fait partie des affaires courantes. « Il faut qu’on gère la ville. Ce qui se dit là, c’est vieux comme la lune. » 

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, en a rajouté. « C’est Mme Savard qui est cheffe, c’est à elle à faire des annonces. Pas au maire. Sinon, si le maire fait ça, il se sert des deniers publics, des fonds de la Ville de Québec, pour faire une annonce préélectorale. »

Omniprésent

Il juge « spéciale » la façon dont M. Labeaume est omniprésent auprès de Mme Savard. « Moi je n’accepterais pas ça. Je voudrais faire ma propre campagne. »

Le candidat et chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, demande quant à lui de la « retenue » de la part du maire, qui donne un « avantage indu » à Marie-Josée Savard, qui est systématiquement présente avec lui lors des sorties publiques, dit-il.

« C’est lui qui tire les ficelles. » Il croit que la ligne entre la gestion des affaires courantes et les annonces électorales est brouillée.

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla

À VOIR AUSSI