/sports/hockey
Navigation

Vlasic assure que les Sharks seront des séries

Le Québécois promet que les siens rachèteront les deux dernières saisons difficiles

HKN-HKO-SPO-SAN-JOSE-SHARKS-V-ANAHEIM-DUCKS
Photo d'archives, AFP Le défenseur Marc-Édouard Vlasic qui s’échauffe avant le début d’un match des Sharks de San Jose face aux Coyotes de l’Arizona, à Glendale, le 27 mars dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Les Sharks de San Jose ont terminé au 29e rang en 2019-2020, puis au 26e rang de la LNH la saison dernière. Foi du défenseur de l’équipe Marc-Édouard Vlasic, cette tendance doit et va changer.

La formation californienne a ajouté quelques vétérans au cours de la saison morte, dont James Reimer, Nick Bonino et Andrew Cogliano.

« Chaque fois qu’on me demande comment j’entrevois la prochaine saison, je dis que ça ne peut pas être pire que l’an dernier. Par contre, j’avais aussi dit ça l’an passé et finalement ç’a été pire que l’année d’avant ! Deux années sans faire les séries, c’est inacceptable pour nous. Lors de mes 13 premières années, on a fait les séries et on a été compétitifs jusqu’au bout. Cette année, on n’a pas le choix. Si on rate les séries trois ans de suite, ça va exploser à San Jose. On est allés chercher de bons vétérans de profondeur. On va faire les séries », a-t-il juré au Journal, lundi, en marge de la conférence de presse dévoilant les grandes lignes de festivités du 25e anniversaire de la renaissance des Remparts de Québec.

UNE CHIMIE À DÉVELOPPER

Sur papier, les Sharks de San Jose possèdent encore de très bons éléments. Les attaquants Tomas Hertl, Logan Couture, Kevin Labanc et Timo Meier peuvent produire offensivement tandis que Vlasic, Brent Burns et Erik Karlsson demeurent des vétérans de qualité.

« Il y a une différence entre être bon sur papier et être bon sur la glace, tempère toutefois le #44 des Sharks. Il faut que tout le monde arrive et accepte son rôle, accepte qu’il ne marquera peut-être pas 50 buts, mais qu’il va apporter autre chose à l’équipe. Si on fait ça, on va avoir du succès. Dans les dernières années, je pense qu’on n’était pas sur la même longueur d’onde. Chaque joueur faisait ses trucs sur la glace et il n’y avait pas vraiment de cohésion. »

KANE N'EST PAS UNE DISTRACTION

Par ailleurs, Vlasic ne croit pas que la saga entourant Evander Kane devienne une distraction dans le vestiaire des Sharks. 

« Il y a toujours eu des controverses l’entourant depuis qu’il est avec nous et c’était le cas quand il était à Winnipeg aussi. C’est une histoire triste pour sa famille et lui. Personnellement, ce sont ses affaires à lui et c’est à lui de les gérer avec notre boss (le directeur général Doug Wilson). S’il revient, ce ne sera pas une distraction dans le vestiaire tant qu’il arrive à l’aréna et fait ce qu’il doit faire pour aider l’équipe. Le reste, c’est personnel et je souhaite à sa femme et lui que tout se passe bien. »