/sports/fighting
Navigation

Combat de boxe en mai: de bouleversantes images de Zapata

La boxeuse mexicaine avait subi une défaite par knock-out en mai

Coup d'oeil sur cet article

Une vidéo d’un combat de Jeanette Zacarias Zapata, qui s’est déroulé en mai au Mexique, a circulé sur les réseaux sociaux lundi soir. La séquence, dont Le Journal a obtenu copie, est alarmante.  

• À lire aussi: Événement tragique au gala GYM: «Je me sens coupable» – Marie-Pier Houle

• À lire aussi: Boxeuse à l’hôpital: Zapata dans un état «critique, mais stable»

Zapata affrontait Cynthia Lozano, une Mexicaine de 35 ans, qui détenait une fiche invaincue (8-0, 6 K.-O.). Zapata, elle, n’avait gagné que deux de ses cinq premiers affrontements chez les pros. 

Dans cette séquence de trois minutes, on voit la conclusion du combat de six rounds. Après un échange musclé, Zapata reçoit une gauche qui l’envoie au plancher. Elle l’a encaissée du côté gauche du visage comme la puissante droite de Marie-Pier Houle (4-0-1, 2 K.-O.) samedi, à Montréal, qui l’a envoyée à l’hôpital.     

  • Écoutez le journaliste sportif du Journal de Montréal, Mathieu Boulay, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Elle ne se relève pas et Lozano remporte le combat. Dans les secondes après la fin du choc, la jeune athlète de 18 ans s’allonge sur le ring pour reprendre ses esprits. Ses entraîneurs sont à ses côtés. On remarque également la présence d’un médecin. 

Après quelques minutes, Zapata a été capable de s’asseoir avant de quitter le ring par ses propres moyens. Par la suite, elle aurait quitté sans problème l’Arena Coliseo, dans le nord-est du Mexique. 

Si GYM avait su... 

La publication de cette vidéo a provoqué plusieurs réactions et questions sur les réseaux sociaux. Le matchmaker du Groupe Yvon Michel (GYM), Vincent Morin, qui a conclu l’entente pour la confrontation entre Zapata et Houle, n’avait pas vu ces images avant sa diffusion. 

Photo Martin Chevalier

« Nous n’avons pas eu accès à cette vidéo avant d’entamer les négociations avec Zapata, a mentionné Morin au Journal. C’est sûr que j’aurais aimé la voir. On savait qu’elle avait perdu par knock-out, mais on ne connaissait pas les circonstances dans lesquelles elle l’avait encaissé.

« Si je l’avais vue avant, Marie-Pier [Houle] n’aurait pas boxé samedi dernier. » 

Avant lundi, il y avait peu d’informations sur le combat Zapata-Lozano sur internet. L’entraîneur de Houle, Sébastien Gauthier, ne savait pas qu’elle existait. 

« La seule vidéo que j’avais trouvée sur le web, c’était celle du duel entre Zapata et Alma Ibarra, a expliqué l’ancien pugiliste. Pour le combat de mai, tout ce que j’avais déniché, c’était un article en espagnol.

« Ça parlait d’un combat déchaîné où les deux boxeuses s’étaient échangé plus de 300 coups de poing. On parlait d’une chute au plancher avec un coup au corps. Ce que j’ai vu dans la vidéo, c’est une chute d’épuisement.

« Selon ce que je sais, elle n’est pas allée à l’hôpital. Elle est rentrée à la maison après le combat. »  

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:    

Pas aussi puissante que Houle

À première vue, Lozano n’avait pas la force de frappe de Houle. 

« Lozano casse ses adversaires avec son volume de coups et non sa puissance, a précisé Gauthier. Si j’avais vu cette vidéo durant notre camp, Marie-Pier ne l’aurait pas affrontée. Ce n’est pas ça que tu veux comme adversaire. »

« Avec sa suspension, Zapata ne pouvait pas être plus en forme qu’à son arrivée à Montréal. Pourtant, lors des trois premiers rounds, elle était compétitive. »

Un médecin a évalué l’état de Jeanette Zacarias Zapata qui a visité le tapis, samedi, au stade IGA de Montréal. Elle a été transportée à l’hôpital, où l’on a craint pour sa vie.
Photo Martin Chevalier
Un médecin a évalué l’état de Jeanette Zacarias Zapata qui a visité le tapis, samedi, au stade IGA de Montréal. Elle a été transportée à l’hôpital, où l’on a craint pour sa vie.

Mal en point ?

Ces images soulèvent certaines questions sur les rapports médicaux qui ont été produits par la Commission athlétique du Mexique. Est-ce qu’ils auraient pu être falsifiés afin de permettre à Zapata de se battre contre Houle samedi ?

« Tous les documents médicaux étaient authentiques, a assuré Morin. Pour être sûr du contenu qui était en espagnol, on les a fait traduire par une personne certifiée. Zapata n’était plus sous le coup d’une suspension.

« Selon les médecins mexicains, elle était en super condition physique. Tout le monde a fait les choses dans les règles de l’art. Personne n’a fait les coins ronds. Je tiens à préciser qu’on a une des meilleures commissions athlétiques au monde. »

Le bureau de Guilbault réagit

La boxe professionnelle au Québec est supervisée par la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ). Celle-ci fait partie du ministère de la Sécurité publique. Mardi, on a obtenu une réaction du bureau de la ministre Geneviève Guilbault. 

« Des événements comme celui de samedi nous troublent profondément, a mentionné l’attachée de presse Amélie Paquet. Nos pensées sont avec la boxeuse.

« La boxe est un sport soumis à des règles rigoureuses, supervisées par la RACJ et celle-ci analyse les événements de samedi soir. »

Il faut préciser que Zapata avait passé tous les tests médicaux exigés par la RACJ pour monter sur le ring contre Houle. De plus, c’est un comité et non seulement une seule personne qui a approuvé l’affrontement. 


Il n’y a pas eu d’amélioration ou de régression quant à l’état de santé de Jeanette Zacarias Zapata, mardi, alors qu’elle en était à sa troisième journée dans un coma artificiel.

Les dessous du processus de sélection  

Depuis samedi soir, les observateurs se demandent comment une Mexicaine de 18 ans a pu se retrouver sur le ring contre Marie-Pier Houle. Voici les dessous du processus qui a mené à ce combat qui a mal tourné. 

Au départ, le clan Houle s’était fait proposer une opposante américaine. Toutefois, elle a été écartée parce qu’elle n’était pas vaccinée contre la COVID-19. 

À ce moment-là, le matchmaker Vincent Morin s’est tourné vers des adversaires canadiennes, qui ne sont pas nombreuses à 147 lb. Christina Barry (1-7, 0 K.-O.) a été approchée pour affronter Houle. 

Par contre, Barrya refusé, car elle s’était déjà engagée pour un duel contre Mary Spencer qui aura lieu le 11 septembre en Nouvelle-Écosse. 

Le plan B

Morin s’est alors tourné vers le Mexique. Il a lancé un S.O.S. à quatre agents de ce pays. Cependant, un seul était capable de remplir les critères demandés par le clan Houle : Erick Revueltas. 

Pourquoi ? Parce qu’il était le seul qui était capable de trouver des boxeuses vaccinées. Au Mexique, la vaccination est au ralenti et les vaccins reconnus au Canada sont rares. 

C’est à ce moment que le nom de Jeanette Zacarias Zapata est arrivé dans les discussions. C’est une boxeuse qui avait surtout évolué chez les 147 lb, comme Houle. 

Le choix s’est arrêté sur l’athlète de 18 ans. Sur le plan sportif, l’entourage de Houle a jugé que Zapata était la rivale idéale. Lors de ses cinq premiers combats chez les pros, elle avait affronté deux filles qui étaient supérieures à Houle. 

Sa défaite par knock-out face à Cynthia Lozano, subie en mai, n’était pas un élément d’inquiétude. Elle avait servi une suspension de 60 jours qui était terminée lorsqu’elle a mis les pieds à Montréal. 

Avant d’arriver en sol québécois, tous ses tests d’imagerie étaient normaux. Ses examens médicaux avec les médecins de la Régie au Québec n’ont rien révélé d’anormal. On connaît la suite...

Vibrant plaidoyer

Dans un autre ordre d’idées, le boxeur Sébastien Bouchard a livré un vibrant plaidoyer sur sa page Facebook, mardi. 

« La boxe a sauvé beaucoup plus de vies qu’elle en a enlevé, a écrit le protégé de GYM. [...] Les risques que ça comporte, nous sommes tous au courant et personne ne nous force. Arrêtez de parler des fiches des adversaires ou des bourses, j’ai combattu 150 fois chez les amateurs gratuitement et j’ai dû faire des combats au gymnase plus de 5000 fois sans être rémunéré.

« La boxe est un mode de vie, une passion. On vit quelque chose qui est difficile à comprendre si vous n’êtes jamais monté dans un ring. Du dépassement de soi inégalable. 

« La réalité, c’est que la boxe sort des gens de la rue, met des gens en forme, évite aux hyperactifs du décrochage scolaire et aide les gens à se prendre en main et avoir une meilleure hygiène de vie. »