/news/provincial
Navigation

Mairie de Québec: Marchand désire «s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre»

Le chef de Québec forte et fière, Bruno Marchand, et des membres de son équipe, dont le nouveau candidat Charles Pagé (à droite), qui se présente dans Saint-Rodrigue, lors d'une annonce le mardi 31 août 2021 à Charlesbourg.
Photo Dominique Lelièvre Le chef de Québec forte et fière, Bruno Marchand, et des membres de son équipe, dont le nouveau candidat Charles Pagé (à droite), qui se présente dans Saint-Rodrigue, lors d'une annonce le mardi 31 août 2021 à Charlesbourg.

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat à la mairie de Québec Bruno Marchand estime que la Ville peut en faire plus pour contrer le problème de la rareté de main-d’œuvre, même si les leviers pour y parvenir ne sont pas tous de compétence municipale.

• À lire aussi: L’opposition accuse le maire d’ingérence

• À lire aussi: L'équipe de Québec forte et fière bientôt complète dans Charlesbourg

«Notre économie à Québec ne va pas mal. Par contre, elle doit s’adapter», a déclaré l’ancien PDG de Centraide, mardi, devant un restaurant de Charlesbourg où il avait convié la presse.

Le chef de Québec forte et fière (QFF) a détaillé le premier volet de ses engagements économiques, dont deux visent plus spécifiquement l’enjeu de la main-d’œuvre.

«[Les solutions] ne sont pas juste dans les mains du pouvoir municipal, mais ce n’est pas une raison pour ne pas s’y attaquer. On veut s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre», a annoncé M. Marchand.

Groupe de travail

L’aspirant maire créerait et présiderait un groupe de travail permanent, composé de membres de son équipe et de représentants des milieux entrepreneuriaux, des ressources humaines et de l’enseignement, pour trouver des «solutions concrètes» à «ce problème réel». Ce comité se réunirait «minimalement chaque mois».

Ensuite, il voudrait mettre davantage à contribution les «sages»: des retraités ou des travailleurs sur le point de l’être et des personnes aînées qui pourraient souhaiter retourner sur le marché du travail à des conditions avantageuses pour eux. «Présentement, on les rejoint trop peu», pense M. Marchand.

Il propose de «revendiquer auprès des gouvernements» des conditions pour ces personnes, «pour éviter qu’elles aient des pénalités fiscales qui contraignent un retour au travail selon les modalités qui les intéresseraient». Un projet-pilote serait également lancé pour «favoriser le maillage entre les entreprises et les sages d’un même secteur», a détaillé le candidat à la mairie.

D’autre part, QFF voudrait mettre en œuvre, avec la collaboration du gouvernement provincial, un guichet unique permettant de diriger les entrepreneurs vers les programmes d’aide gouvernementaux adaptés à leur situation. 

Économie verte

Finalement, le parti souhaite faire «de la capitale un leader de l’économie verte». La politique d’approvisionnement de la Ville de Québec, qui date de 2014, serait révisée, pour intégrer aux critères de sélection des fournisseurs de nouveaux éléments, comme l’empreinte carbone et le caractère local.

Au chapitre des taxes municipales, Bruno Marchand s’est dit conscient que beaucoup de commerçants ne sont pas satisfaits actuellement. Son engagement se limite pour l’instant à dire qu’elles n’augmenteront pas plus que l’inflation.

«On va trouver des solutions et on va les annoncer en campagne. [...] Il y a des secteurs qui souffrent plus que d’autres, alors il faut arriver à une solution qui est adaptée aux secteurs en fonction de ceux qui en arrachent le plus», a-t-il laissé entendre.

L’annonce a permis de confirmer la candidature de Charles Pagé dans le district de Saint-Rodrigue, comme le rapportait Le Journal lundi. M. Pagé a cumulé plusieurs mandats dans la fonction publique pour la Ville de Québec et l’ancienne ville de Charlesbourg, notamment en matière de loisirs, et plus récemment à la direction du Service de police. Il s’est également impliqué dans le milieu communautaire.

À voir aussi