/news/currentevents
Navigation

Prêt à «péter des gueules» pour le masque, un complotiste se livre à la police

Prêt à «péter des gueules» pour le masque, un complotiste se livre à la police
Facebook

Coup d'oeil sur cet article

L’un des leaders du mouvement complotiste et anti-vaccin au Québec, qui a mis en ligne une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle il se dit «prêt à mourir» et qu’il en amènera «plusieurs» avec lui, s’est livré à la police, mardi matin. 

• À lire aussi: Un dentiste complotiste ferait l'objet d'une enquête de son ordre professionnel

  • Écoutez la chronique judiciaire de Nada Boumeftah sur QUB radio :

André Desfossés, un membre bien connu du groupe radical Les Farfadaas, était recherché en vertu d’un mandat d’arrestation à la suite de la publication la semaine dernière d’une vidéo explosive dans laquelle il tient des propos menaçants.

«Plus ça va, plus la colère en moi monte (...). Le presto est sur le bord d’exploser. Pis la journée que ça va exploser, ça va être laitte en tabarnak. Je vais peut-être mourir, mais je vous confirme une chose: je vais en amener plusieurs avec moi. Je suis à bout. Il est grand temps qu’on se lève, il est grand temps qu’on se batte tabarnak», rage l’homme de 56 ans qui se filme avec son téléphone cellulaire.

Dans la même vidéo qui dure un peu plus de 17 minutes, Desfossés affirme qu’il va s’en prendre physiquement aux commerçants qui exigeront qu’il porte le masque.

«Moi, maintenant, je vais résister et fortement. Je suis prêt à péter des gueules, écoutez ce que je vous dis, je suis prêt à péter des gueules à tous ceux qui vont refuser de me faire rentrer dans leur commerce. Je suis à bout. C’est pas une menace, c’est un fait», lance-t-il.

Les policiers de Trois-Rivières ont rapidement été informés de l’existence de cette vidéo et dès le lendemain, un mandat d’arrestation a été émis contre André Desfossés.

«Il s’est présenté volontairement à nos bureaux mardi matin lorsqu’il a appris qu’il avait un mandat contre lui», a indiqué le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la police de Trois-Rivières.

Le policier a rappelé aux gens de demeurer prudents sur les réseaux sociaux, car ce qu’ils disent sur internet peut facilement leur apporter des problèmes avec la justice.

«Ce qu’on dit sur les réseaux sociaux a la même portée que si on le disait de vive voix à quelqu’un. Une menace, ça demeure une menace», a précisé M. Mongrain.

André Desfossés devait comparaitre mardi à Trois-Rivières sous une accusation de menaces, après quoi il devrait être remis en liberté sous diverses conditions.

À VOIR AUSSI...