/news/coronavirus
Navigation

Jour 1 du passeport vaccinal: «Ça nous procure une certaine sécurité»

Coup d'oeil sur cet article

Au jour 1 de l’entrée en vigueur du passeport vaccinal au Québec, les clients étaient moins nombreux qu’à l’habitude à s’être déplacés dans les restaurants pour prendre le petit-déjeuner. Par contre, ceux qui y étaient se sentaient rassurés par cette nouvelle mesure mise en place pour éviter un autre confinement.

• À lire aussi: Des commerçants résignés

• À lire aussi: Un resto refuse la moitié de ses clients

• À lire aussi: Les agences de sécurité fortement sollicitées

Téléphone cellulaire d’une main, pièce d’identité de l’autre, les clients rencontrés face au restaurant L’Oeuforie, du boulevard Pierre-Bertrand, à Québec, étaient à l’aise avec l’implantation du passeport vaccinal. 

«Ça nous procure une certaine sécurité», a dit Serge Légaré.  

De nouvelles affiches ont été installées dans les restaurants avisant les clients qu’ils devront montrer leur code QR.
Photo Diane Tremblay
De nouvelles affiches ont été installées dans les restaurants avisant les clients qu’ils devront montrer leur code QR.

«Je n’ai pas de problème avec ça», a poursuivi sa conjointe, Carole Shields. 

Même son de cloche de la part de Sylvie Longchamps, une autre cliente.  

«L’effort qu’on fait tous ensemble porte ses fruits. On peut sortir, aller se promener et vaquer à nos occupations. Ceux qui ne se font pas vacciner, je suis triste pour eux, mais c’est leur choix», a-t-elle confié. 

Photo Diane Tremblay

Amies de longue date, Viviane Dion et Diane Leclerc ne s’étaient pas vues depuis fort longtemps et ce n’est certainement pas le passeport vaccinal qui allait leur faire manquer ce rendez-vous. 

«Ça ne me dérange absolument pas. Je l’ai de toute façon», a dit Mme Dion. 

«Je suis prête. On n’a pas le choix. Moi, ça ne me dérange pas plus que ça. C’est sécurisant. Il n’y a personne qui veut retourner en confinement», a dit Mme Leclerc. 

Pas d’attente

En ce mercredi matin, il n’y avait pas d’attente lors de la tournée effectuée par la représentante du Journal dans quelques restaurants. Toutefois, d’un endroit à l’autre, les façons de faire pour valider le passeport étaient différentes.   

«Désolée, mais je n’ai pas reçu ma formation. Je prends en note le nom et le numéro de téléphone seulement», a indiqué une serveuse d’un établissement du boulevard Père-Lelièvre. 

Ailleurs, comme à L’Oeuforie, les clients étaient dirigés à une table où un serveur s’affairait à valider le passeport vaccinal. Dans un Tim Hortons, on demandait seulement à voir le code QR avec une preuve d’identité, sans plus. 

«Ça va bien. Il y a un bon roulement. Je ne sais pas si la fin de semaine, ça va être différent, mais aujourd’hui, il n’y a aucun problème», a affirmé Pauline Gagnon, une cliente croisée à la sortie de L’Oeuforie.  

Pendant qu’Emma se réveillait tranquillement dans son siège pour bébé, ses parents s’apprêtaient à faire leur entrée au restaurant avec leur passeport vaccinal. 

Photo Diane Tremblay

«On est en accord avec le passeport vaccinal. On trouve ça bien. On est contents que les gens se fassent vacciner. Nous, on le vit au quotidien parce que je suis immunosupprimée», a ajouté Hélène Landry.    

  • Écoutez les actualités de Carl Marchand avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

«Ça fait partie d’où on est en ce moment avec le virus. Il faut faire attention aux personnes les plus vulnérables et le passeport fait partie de la solution. Après ça, on se conforme. Ce n’est pas par plaisir qu’on fait ça. C’est une restriction mais au-delà de ça, si ça fait en sorte qu’on peut continuer nos activités, on va le faire sans problème», a dit son conjoint, Michaël Harvey.  

Un restaurateur nous a confié que l’achalandage était deux fois moins important qu’à l’habitude.  

À voir aussi   

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres