/news/provincial
Navigation

Québec continuera à aider le Tournoi pee-wee

«Pas de panique» pour les employés, assure le maire

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Stevens LeBlanc Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur général du Tournoi pee-wee n’a pas à s’inquiéter, dit Régis Labeaume, la Ville de Québec continuera à aider l’organisation pour qu’elle puisse garder son monde. 

• À lire aussi: «Ça ne regarde pas bien» pour le Tournoi pee-wee de Québec 2022

• À lire aussi: Place Jean-Béliveau: monument en hommage au Tournoi pee-wee de Québec

• À lire aussi: Hommage à la petite Manon Rhéaume

« Pas de panique », a lancé jeudi le maire, à l’endroit de Patrick Dom. Celui-ci avait fait part la veille de ses inquiétudes sur la survie de l’organisation du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. Il affirmait que si l’édition 2022 ne pouvait se tenir, les membres de l’équipe permanente du Tournoi allaient partir, y compris lui-même. L’événement avait été annulé en 2021.

Aide financière

« Patrick, on l’aide financièrement pour garder son monde, a indiqué le maire. Je ne comprends pas trop. Patrick, il ne perdra pas son monde parce qu’on l’aide financièrement depuis deux ans. » Il assure que cela continuera d’être le cas. « Qu’il m’appelle, je vais lui régler ça. On n’a jamais lâché le Tournoi pee-wee, on va être là. » 

M. Dom exposait aussi la difficulté d’organiser une édition en février 2022 en raison des nombreuses contraintes imposées par la Santé publique. Un blitz de discussions et de rencontres est prévu d’ici une semaine, avant qu’une ultime décision soit prise.

Fataliste

Questionné sur cette épée de Damoclès qui pend au-dessus de la tête de l’événement, majeur pour la région, le maire s’est montré fataliste. « Patrick est dans le même cas que tout le monde. Il vit [la pandémie] comme nous autres. C’est compliqué, comme c’est compliqué pour bien des événements. On ne peut rien y faire. » 

Pour M. Labeaume, il est impossible de savoir ce qui surviendra, en raison de l’imprévisibilité de la pandémie.  

La Ville aide les événements depuis le début de cette crise, a-t-il rappelé. Avant de tirer sa révérence comme maire, il a d’ailleurs l’intention de poser des gestes pour des activités qui doivent avoir lieu tôt dans l’hiver. « On garde en vie les organisations. On espère pour le mieux, en mettant l’argent qu’il faut pour que l’événement se tienne avec des clauses qui disent qu’il y a moins d’argent s’ils ne se tiennent pas. »