/misc
Navigation

Trudeau et le déclin de la jeunesse québécoise

Justin Trudeau
Photo AFP Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de vous rendre dans un restaurant ou dans un quelconque commerce et de vous faire dire que l’établissement était fermé en raison d’un manque de personnel? Moi, ça m’est arrivé, et ce, à plusieurs reprises. Quelle est la cause prédominante de cette pénurie de main-d’œuvre? La PCRE de Justin Trudeau.

Effectivement, le constat de ce programme d’aide est que le gouvernement de Justin Trudeau a étiré inutilement une mesure d’urgence, et ce, aux frais des contribuables canadiens. 

Ceci étant dit, il faut souligner que cette mesure d’urgence était d’une grande utilité, à son commencement, vu l’imposition par le gouvernement québécois de la fermeture de l’ensemble des commerces et services jugés non essentiels pour lutter contre la pandémie de COVID-19. À cet égard, plusieurs Québécois se retrouvaient alors sans emploi et la PCU (à cette époque) était dès lors nécessaire pour une majorité de citoyens. 

Or, maintenant que les entreprises et les commerces sont à nouveau opérationnels et qu’il y a un manque flagrant d’employés dans plusieurs commerces canadiens, le maintien de cette prestation d’urgence devient totalement aberrant et inutile. En raison de cette prestation, on se retrouve aujourd’hui avec des jeunes qui ne veulent plus aller travailler parce qu’ils préfèrent recevoir des chèques à ne rien faire. Cette tendance à la procrastination touche tous les domaines, autant les professionnels que les restaurateurs.

Certes, le manque de main-d’œuvre était déjà problématique avant la mise en place de ce programme. Toutefois, on assiste aujourd’hui à du jamais-vu. Des commerçants sont contraints aujourd’hui de fermer leurs entreprises en raison de ce manque de personnel. Ce n’est plus seulement un ou deux employés absents, mais plutôt un nombre important d’employés manquants qui va jusqu’à obliger un commerçant à fermer son entreprise! Cette mesure détruit notre économie. Elle détruit même des vies puisqu’il y a des entrepreneurs qui ne savent plus vers où se tourner et qui risquent même d’être obligés de «fermer boutique» ou pire encore, de déclarer faillite. 

Pour faire face à cette situation, qui n’est pas trop reluisante pour la jeunesse québécoise, on voudrait se tourner vers les étrangers qui, souvent, seraient prêts à couper leur main droite pour venir faire les emplois sur lesquels les jeunes Québécois lèvent le nez. Toutefois, force est de constater que, de ce côté-là, rien n’est réellement et concrètement fait pour faciliter la venue de ces étrangers pour travailler puisqu’il s’agit d’un processus très complexe, coûteux et long.

En conclusion, je présume que c’est parce que nous sommes en période d’élection que Justin Trudeau a prolongé la PCRE jusqu’en octobre. Pourtant, à mon avis, en agissant ainsi, il se met à dos les gens d’affaires. Une chose est sûre, le parti politique qui sera élu le 20 septembre prochain devra donner «un coup de barre» rapidement pour régler ce problème, et ce, afin d’éviter que des dommages irréparables (autres que la pandémie) ne soient causés à l’économie.