/news/provincial
Navigation

Bruno Marchand: un gel des taxes ne serait «pas raisonnable»

Le chef de Québec forte et fière, Bruno Marchand (au centre), et son nouveau candidat dans le district de Limoilou, Florent Tanlet, devant l'École de cirque de Québec, vendredi. Le parti municipal s'est engagé à verser un montant de 1,8 million $ à l'organisme pour l'aider à réaliser son projet d'agrandissement.
Dominique Lelièvre Le chef de Québec forte et fière, Bruno Marchand (au centre), et son nouveau candidat dans le district de Limoilou, Florent Tanlet, devant l'École de cirque de Québec, vendredi. Le parti municipal s'est engagé à verser un montant de 1,8 million $ à l'organisme pour l'aider à réaliser son projet d'agrandissement.

Coup d'oeil sur cet article

Un gel des taxes municipales, comme le propose Québec 21 dans les deux premières années d’un éventuel mandat, ne serait «pas raisonnable», croit le chef de Québec forte et fière (QFF), Bruno Marchand.

• À lire aussi: Bruno Marchand recrute le caquiste Florent Tanlet

«Je pense qu’on ne peut pas, dans une posture de parti qui aspire à gérer cette ville, dire qu’on va geler les taxes, parce que geler les taxes, ça veut dire qu’on va couper, alors qu’on nous explique où on va couper», a affirmé Bruno Marchand vendredi, en marge de l’annonce de son candidat dans Limoilou.

Dans les dernières semaines, M. Marchand a seulement promis de ne pas augmenter les taxes au-delà d’une indexation à l’inflation.

Florent Tanlet (au centre), candidat de Québec forte et fière dans le district de Limoilou, et son chef Bruno Marchand (deuxième à partir de la droite). Le parti municipal s'est engagé à verser un montant de 1,8 million $ à l'École de cirque de Québec pour l'aider à réaliser son projet d'agrandissement.
Dominique Lelièvre
Florent Tanlet (au centre), candidat de Québec forte et fière dans le district de Limoilou, et son chef Bruno Marchand (deuxième à partir de la droite). Le parti municipal s'est engagé à verser un montant de 1,8 million $ à l'École de cirque de Québec pour l'aider à réaliser son projet d'agrandissement.

«Il y a une hausse de salaire qui est prévue aux conventions collectives. Si on gèle les taxes, comment on fait pour soutenir cette hausse-là?» demande-t-il.

«Nous, ce qu’on dit, c’est que cette ville a besoin d’une impulsion plus grande, d’un renouveau, et on comprend que la capacité de payer des taxes des citoyens, des centres commerciaux, des valeurs industrielles, est limitée, [donc] jamais plus haut que l’indexation.»

En revanche, il ne ferme pas la porte à une taxation par paliers dans le domaine commercial, comme l’envisage Démocratie Québec, pour donner de l’oxygène à des entreprises de proximité sur des artères marchandes où la valeur foncière est élevée. «On va l’évaluer», a dit M. Marchand.

Dans une première année de mandat, il respecterait les orientations présentées jeudi par l’administration Labeaume en lien avec le nouveau rôle d’évaluation, soit d’annuler l’effet de la variation de la valeur des propriétés sur les revenus de taxation.

«Il faut vivre avec ce qui est proposé par les autorités de la Ville présentement. Ce sont elles qui ont les meilleures capacités d’analyse de l’état des lieux tenant compte de l’évolution du marché», a déclaré M. Marchand.

Culture

L’aspirant maire avait convié les médias devant l’École de cirque de Québec, à Limoilou, pour confirmer l’identité de son candidat dans ce district. Comme le rapportait Le Journal en matinée, il s’agit de Florent Tanlet, qui était jusqu’à tout récemment attaché de presse de la ministre caquiste Sonia LeBel.

Par le fait même, QFF a confirmé son premier engagement en matière de culture, soit d’octroyer à l’École de cirque de Québec la somme de 1,8 million $ pour donner un nouvel élan à son projet d’agrandissement. «Pour Québec forte et fière, culture et qualité de vie, ça va ensemble», a martelé M. Marchand.

Florent Tanlet s’est dit bien conscient que la conseillère municipale sortante et candidate d’Équipe Savard, Suzanne Verreault, était bien implantée. «Je vais arriver avec ma façon d’amener la politique et tout l’engagement et la force avec lesquels je suis capable de mener des dossiers.»

Comme son nouveau chef, M. Tanlet n’a pas voulu dire s’il appuyait ou non le projet de tunnel Québec-Lévis. «Moi, ma grille d’analyse, c’est mon monde. En ce moment, il y en a qui sont pour, mais il y en a qui ont des préoccupations», a-t-il soulevé, promettant de se faire le porte-voix des citoyens auprès du gouvernement, «de qui relève encore ce dossier-là».

D’autre part, il a insisté sur le fait qu’il partage les mêmes valeurs et aspirations que les électeurs de Limoilou, même s’il habite le quartier voisin de Saint-Sauveur. De son côté, M. Marchand a insisté sur l’importance d’avoir des candidats qui sont «enracinés» dans leur milieu, au-delà du fait de savoir s’ils habitent ou non dans le périmètre de leur district.