/sports/opinion/columnists
Navigation

Les Olympiques: qu’attend-on?

HKI-HKO-SPO-CANADA-V-UNITED-STATES:-GOLD-MEDAL-GAME---2021-IIHF-
Photo AFP Marie-Philip Poulin est au rang des grandes du hockey au pays.

Coup d'oeil sur cet article

On attendait une réponse pour la fin du mois d’août.

Gary Bettman et son bras droit, Bill Daly, avaient précisé qu’il n’y avait pas de date butoir, mais que la logique indiquait la fin du mois d’août pour confirmer ou pas la participation des patineurs de la Ligue nationale aux Jeux olympiques de Pékin.

On attend toujours.

Toutefois, selon ce qu’on raconte, la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG) et le comité international olympique (CIO) auraient accepté les conditions exigées par la Ligue nationale, à savoir les assurances relativement à la COVID-19, les dépenses des joueurs, et d’autres éléments importants.

Cependant, il y a toujours des propriétaires qui n’acceptent pas un arrêt pendant trois semaines des activités au mois de février et le risque de perdre pendant les jeux un joueur de premier plan, mettant en péril une qualification aux séries éliminatoires.

La clause dans le contrat liant l’AJLNH et la LNH indique que les propriétaires peuvent s’opposer aux Jeux olympiques si les propositions de la FIHG et le CIO ne leur conviennent pas.

Faut-il croire que Bettman et les propriétaires subissent quelques pressions de la part de leurs nouveaux partenaires, ABC, ESPN et d’autres groupes de télécommunications ? C’est possible. Les Jeux olympiques seront diffusés sur NBC, l’ancien partenaire de la ligue. Or, en février, NBC monopolisera l’attention avec le tournoi olympique. Pendant tout ce temps, il n’y aura aucun match de la LNH. 

Évidemment, les joueurs veulent participer au plus important tournoi de hockey au monde. Et on les comprend.

Ne serait-il pas une occasion pour en venir à un accord de plusieurs années entre les organismes impliqués ? Ça ne fait pas vraiment sérieux qu’avant la présentation des Jeux, il y ait toujours un climat d’incertitude.

Joueront-ils ou ne joueront-ils pas ?

Quant aux retombées sur le hockey en général, ce ne sera vraiment pas le cas en 2022. La plupart des matchs seront disputés pendant la nuit. On répète constamment que les Jeux olympiques demeurent une grande fenêtre pour l’expansion du hockey à travers le monde.

Ah oui...

Ça fait des années que la LNH aurait dû élargir ses horizons vers l’Europe. Où en sommes-nous ?  

Pendant ce temps, la LNF s’implante graduellement, le basketball gagne de plus en plus d’adeptes en Europe.

Impact sur le sport

Marie-Philip Poulin aura inévitablement une place de choix parmi les grands et les grandes du sport du hockey. Sa place au Temple de la renommée est assurée.

Cette dame a exercé un impact gigantesque sur le hockey féminin. Elle appartient à un groupe sélect. 

Rares sont les athlètes avec un curriculum vitae aussi impressionnant. Il est rempli d’exploits tirant parfois de la science-fiction. Qu’on s’arrête sur les Jeux olympiques de Vancouver en 2010. Qu’on se rappelle les Jeux de Sotchi en 2014.

Et, en début de semaine, lors de la grande finale du championnat du monde de hockey féminin, elle a encore une fois marqué le but assurant la médaille d’or à la formation canadienne.

Au fil des dernières années, les blessures l’ont forcée à l’inactivité pendant de longues périodes... sauf qu’elle a trouvé le moyen de participer au championnat du monde et elle a encore fait la différence.

Parce que Marie-Philip Poulin est ce genre d’athlète.

Elle parvient toujours à s’illustrer dans les matchs importants.

Elle modifie la donne quand son équipe est en sérieuses difficultés.

Et, surtout, elle parvient à faire rayonner son sport dans un contexte très difficile.

Je voudrais également dire un gros Bravo à Melodie Daoust, choisie au sein de l’équipe d’étoiles du championnat et elle a également joint l’équipe canadienne en attaque.

Cette jeune et dynamique collègue à TVA Sports a elle aussi été une athlète d’exception au cours de cette compétition internationale.   

Eichel : une autre étape  

Bon, on aurait accordé à Jack Eichel la permission de subir une intervention chirurgicale au cou.

On prévoit qu’il pourra disputer un premier match au début du mois de janvier 2022.

Doit-on sauter à la conclusion que les équipes qui s’étaient temporairement retirées de la course dans le but d’acquérir le joueur de centre des Sabres de Buffalo vont à nouveau se manifester ?

Sans doute.

Mais cherchera-t-on à prolonger les négociations sachant que le joueur ne pourra compétitionner avant le début de janvier ? Certains directeurs généraux tenteront l’impossible, mais il s’agit d’un exercice comportant des risques puisqu’il y aura quelques équipes impliquées dans le derby Eichel.

Mailloux suspendu

La Ligue de hockey junior de l’Ontario a décidé de suspendre Logan Mailloux, le controversé choix de premier tour du Canadien.

Les Knights de London ont appris qu’ils ne pourront compter sur Mailloux avant le 1er janvier 2022.

Bon, doit-on s’étonner de la décision des dirigeants de la ligue ?

Non.

C’était à prévoir. Le dossier a fait couler beaucoup d’encre et le Canadien a pris un solide coup dans les flancs avec la sélection de Mailloux, condamné, on le sait, par le département de la justice de la Suède.

À la suite de cette décision de la Ligue de l’Ontario, un joueur suédois, un joueur étoile, Mika Zibanejad, des Rangers de New York, commente : « Il semble que la plupart des gens, dans leurs commentaires, ont oublié ce qu’il a fait exactement et, par conséquent, ces gens tombent dans l’exagération... »

Humm...

Question : pour le moment, peut-il jouer dans la Ligue américaine ?

Sinon, peut-il aller jouer dans la KHL ?

Marc Bergevin a sans doute toutes les réponses.