/news/elections
Navigation

Visé par une enquête, Martin Francoeur se défend

Visé par une enquête, Martin Francoeur se défend
Photo TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat libéral dans Trois-Rivières, Martin Francoeur, a exprimé son intention de collaborer à l’enquête du commissaire aux élections fédérales le visant, mais souhaite pouvoir rapidement passer à autre chose et «parler d’idées».

• À lire aussi: Le candidat libéral Martin Francoeur fera l’objet d’une enquête

«Oui, il y a beaucoup de travail à faire pour gagner cette confiance et un événement comme celui-là, qui est malheureux j'en conviens, ne doit cependant pas nuire à mon plan de match de candidat pour faire valoir mes idées et mes engagements», a-t-il déclaré en conférence de presse vendredi.

Rappelons que le bureau du commissaire aux élections fédérales a déclenché une enquête jeudi, après le dépôt la semaine dernière d’une plainte des conservateurs.

Ceux-ci reprochent à M. Francoeur, ancien journaliste et éditorialiste au quotidien Le Nouvelliste, d’avoir sollicité des dons à d’anciens collègues, les invitant à se servir du nom de leur partenaire de vie si cela les «gênait», lors de sa course à l’investiture.

Visé par une enquête, Martin Francoeur se défend
Photo TVA Nouvelles

«Le financement est un des éléments importants des campagnes à l’investiture et des campagnes électorales. C’est ce qui peut faire la différence. Si jamais ça te tente et que tu peux contribuer, ça m’aiderait certainement! Si jamais tu as une petite gêne, tu mets ça au nom de ton chum et ça fait pareil», leur avait-il écrit.

La loi électorale interdit aux candidats de recevoir des fonds si ceux-ci ne proviennent pas réellement de l’individu dont le nom a été enregistré.

Le principal intéressé a fait amende honorable et spécifié qu’aucune des personnes sollicitées n’avait offert de don.

Admettant avoir «beaucoup de choses à apprendre» sur les procédures qui ont trait à la loi électorale et aux financements, M. Francoeur estime que «sur le plan des idées, de la connaissance des dossiers et des intervenants [il ne se] considère pas comme un débutant».

Les candidats des autres partis ont réagi vigoureusement

«Candidat qui débute ou non, qu'il ait l'expérience ou non, le manquement demeure. Alors c'est sûr que ça va plomber sa course, puisque ça affecte la confiance des Québécois», a fait savoir le candidat du Bloc québécois dans Trois-Rivières, René Villemure, éthicien de formation.

«Quand Martin Francoeur laisse sous-entendre que c'est une erreur de débutant, je pense qu'il perd de la crédibilité. Parce que les gens savent très bien que M. Francoeur était éditorialiste au Nouvelliste et il faisait la morale aux élus municipaux, provinciaux et fédéraux régulièrement sur le manque d'éthique et le manque de jugement et là je pense que c'est l'arroseur arrosé», a ajouté le candidat du Parti conservateur du Canada, Yves Lévesque.

Martin Francoeur avoue que la confiance des électeurs reste toujours à bâtir d'ici la journée du scrutin, soit le 20 septembre 2021.

– Avec la collaboration de Raphaël Pirro

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.