/weekend
Navigation

Les aléas du destin

Josée Ouimet
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

La romancière Josée Ouimet invite ses lecteurs à suivre les personnages attachants de la série Dans le secret des voûtes dans le deuxième volet, Les chemins inverses. Elle les entraîne cette fois à Québec et en Europe, au sortir de la Deuxième Guerre mondiale. Les prisonniers sont libérés, les soldats sont revenus au pays, la vie reprend son cours. Comme avant ? Pas exactement. La société change et la fatalité frappe toujours.

À Québec en 1948, Monique Lefebvre travaille comme serveuse au restaurant pour soutenir son amie Lucienne, maman d’un enfant né hors des liens sacrés du mariage. Avec leur logeuse Cécile, elles forment une famille.

Mais lorsque le malheur frappe et que Lucienne meurt dans un accident, Monique s’occupe du bébé, Émilien. Une autre menace plane : le Curateur public menace de le prendre en charge, à moins qu’elle se trouve un mari à toute vitesse.

Solange, de son côté, est toujours au couvent. Elle soigne les malades et se rapproche de plus en plus d’Hervé Nantel, un jeune médecin qui la trouve de son goût, même si elle porte l’habit de la religieuse.

En parallèle, le bel Allemand, Jörg Munsen, est rapatrié en Europe. Il se fait passer pour un Canadien français sur les routes de France et ne rêve que de revenir au Canada pour retrouver sa belle Solange.

Nouveau personnage

Josée Ouimet s’est délectée en replongeant dans cette époque d’après-guerre. « Dans ce deuxième tome, on va voyager. Jean Pouliot et Jörg Munsen se retrouvent en France. Ils ont traversé l’Atlantique. L’Allemand est retourné en Europe, mais il ne pense qu’à revenir au Canada. Jean Pouliot, parti parce qu’il avait fait de la contrebande, est poursuivi par des gangsters et doit s’effacer pendant un bout de temps », commente Josée Ouimet.

Solange, de son côté, fait la rencontre d’un nouveau personnage, le jeune médecin Hervé Nantel. Le rouquin au sang chaud ne comprend pas pourquoi elle veut entrer en religion. « Il est un peu communiste sur les bords et sa grande idole, c’est le médecin Norman Béthune. Il va tirer un peu fort sur la couverte pour que Solange sorte de là. »

Il est également question du fameux trésor polonais, toujours sous les voûtes de l’Hôtel-Dieu de Québec et bien gardé. « Le Fédéral va faire pression pour que les religieuses remettent le trésor aux délégués russes. Maurice Duplessis va faire toute une entourloupette avec Walter Duchesnay, qui est son bras droit, et qui va, sous le nez des gardes qui entourent le monastère, emmener le trésor dans un autre endroit. Et il va rester là très longtemps. »

Josée Ouimet fournit beaucoup d’informations pour bien rendre l’ambiance et le contexte du Québec au sortir de la Deuxième Guerre mondiale. « C’est la reconstruction. La guerre est finie, mais la vie des gens change du tout au tout. Le décor change parce que le regard des gens change. L’insécurité est grande aussi. Ça n’a pas été l’fun pour les femmes qui ont été obligées de retourner dans les maisons et dans des emplois de subalternes. »

  • Josée Ouimet a écrit une trentaine de romans jeunesse en plus d’avoir signé les sagas historiques La Marche des nuages et La Faute des autres, vendues à plus de 30 000 exemplaires.
<b>Dans le secret des voûtes, tome 2 : Les chemins inverses</b><br />
Josée Ouimet<br/>
Éditions Hurtubise<br/>
264 pages<br/>
En librairie le 8 septembre
Photo courtoisie
Dans le secret des voûtes, tome 2 : Les chemins inverses
Josée Ouimet
Éditions Hurtubise
264 pages
En librairie le 8 septembre