/news/green
Navigation

[EN IMAGES] Grande-Vallée frappée de plein fouet par les restes de l’ouragan Ida

Coup d'oeil sur cet article

Les restes de l’ouragan Ida ont durement frappé la municipalité de Grande-Vallée, en Gaspésie. Plus de 100 millimètres d’eau sont tombés depuis jeudi soir et la rivière Grande-Vallée a quitté son lit, forçant l’évacuation de dizaines de citoyens.

• À lire aussi: Avec la tempête Ida, les sous-sols new-yorkais transformés en pièges mortels

• À lire aussi: Tempête Ida: le dérèglement climatique pointé du doigt, Biden en Louisiane

Le pire semblait derrière les résidents lorsque le niveau de la rivière a commencé à diminuer, samedi après-midi. La crue s’est amorcée dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu’il pleuvait sans arrêt depuis jeudi soir. Les précipitations ont été abondantes dans la journée de vendredi.

«On n’a jamais vu autant d’eau. L’eau de tous les versants des montagnes est descendue vers la municipalité», a expliqué le maire de Grande-Vallée, Noël Richard, qui a déclenché l’état d’urgence samedi avant-midi.

PHOTO COURTOISIE

Des sinistrés

Une vingtaine de résidents de la Maison des aînés ont été évacués. De l’eau s’est infiltrée au sous-sol du bâtiment et les personnes ne devraient réintégrer leur appartement que dans une semaine. Certains ont été relocalisés chez des parents ou des amis. Quelques-uns devront être pris en charge par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie afin de les loger temporairement, possiblement à Gaspé, selon le maire.

Douze familles ont dû quitter leur maison sur la rue de la Rivière, qui a subi le plus de dommages. Certains l’ont été avec l’aide de camions 10 roues.

PHOTO COURTOISIE

«Un ponceau a été brisé et un pont privé a été emporté par le fort débit de la rivière», a précisé le maire Richard. Un centre a été ouvert pour accueillir les sinistrés.

Québec appelé à l’aide

Le maire espère que sa municipalité soit déclarée zone sinistrée par Québec, ce qui permettra aux citoyens de demander une compensation pour les dommages qui ne seraient pas couverts par les assurances privées.

«Nous avons eu des discussions avec la Sécurité civile et ils nous ont suggéré de déclarer l’état d’urgence», a souligné l’élu. Les démarches seront entreprises lundi pour obtenir ce statut de la part du gouvernement.

PHOTO COURTOISIE

Le maire précise que l’évaluation des dommages sera faite dimanche. Il estime qu’il serait tombé un peu plus de 100 millimètres de pluie dans le secteur.

Selon Environnement Canada, la pointe gaspésienne a reçu entre 80 et 110 millimètres de pluie; le secteur le plus touché par l’intense dépression. La Haute-Gaspésie a reçu entre 50 et 70 millimètres de pluie alors que la Baie-des-Chaleurs «n’a reçu» que de 40 à 70 millimètres de pluie.

Des pointes de vent ont été mesurées allant à 90 kilomètres à l’heure, vendredi, en Haute-Gaspésie et sur la Baie-des-Chaleurs.

PHOTO COURTOISIE

D’autres secteurs touchés

Saint-Maxime-du-Mont-Louis a connu aussi quelques débordements, mais le maire Guy Bernatchez précise que sa municipalité est loin des dommages constatés à Grande-Vallée.

À Gaspé, des débordements ont aussi été recensés dans les secteurs de Rivière-au-Renard et de Corte-Real.

«Les rivières Dartmouth et au Renard sont montées à des seuils critiques, avec certains débordements. Les autres rivières sont demeurées à des seuils plus raisonnables», a écrit le maire de Gaspé, Daniel Côté, sur les réseaux sociaux samedi matin.