/news/currentevents
Navigation

Une semaine funeste à moto

Les amis d’un homme décédé lancent un cri du cœur pour plus de prudence

accident moto montréal
Photo Facebook Marc-André De Tonnancour, 31 ans, a perdu la vie sur cette motocyclette mercredi dans l’est de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Après le décès de trois motocyclistes en 48 h la semaine dernière, et celui de samedi après-midi, les amis d’un jeune homme happé à deux pas de chez lui supplient les automobilistes de faire preuve de plus de vigilance sur les routes. 

« Faites vos angles morts, et portez attention aux clignotants ! » lance Olivier Meunier. 

Le jeune homme de 23 ans a perdu mercredi Marc-André De Tonnancour, son meilleur ami et le parrain de ses enfants. 

En fin de journée, jeudi, des amis du motocycliste de 31 ans originaire de Sorel-Tracy sont venus se recueillir sur les lieux de l’accident.

Le drame est survenu la veille, à l’angle de l’avenue Georges-V et de la rue Notre-Dame, dans l’est de Montréal. 

Coupé le chemin ?

La carcasse de son engin après le terrible impact.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
La carcasse de son engin après le terrible impact.

Vers 15 h 25, il s’est fait frapper de plein fouet, sur sa moto Aprilia, par la conductrice d’un VUS Honda blanc qui lui aurait coupé le chemin en tournant à gauche, alors qu’il circulait en sens inverse. Une enquête est en cours afin de déterminer les circonstances de son décès. 

« Il revenait de chez moi. Il était à deux minutes de chez lui. C’est sûr qu’il ne faisait pas de vitesse, assure son partenaire de route, qu’il considérait comme un frère. Ce n’est pas la place pour ça ici. » 

« Il n’y a aucune trace de freinage. Je sais pas si elle était sur son cell, mais elle a vraiment dû le couper solide », poursuit-il.

Les deux passionnés de moto devaient d’ailleurs partir ensemble jeudi pour un long périple autour de la Gaspésie. Ils avaient déjà cumulé plus de 8000 km de route côte à côte, cet été.

« C’était une des meilleures personnes que je connaissais », souffle Anne-Marie Phaneuf, 26 ans, qui avait rencontré la victime « super sympathique et toujours souriante », il y a quelques mois.

Bien que conscients des dangers de la moto et de la témérité de certains usagers, les deux amis du technicien en traitement thermique disent avoir été souvent témoins de l’insouciance d’automobilistes à leur présence sur la route. 

Des anecdotes de collisions évitées de peu, ils en ont.

« Sérieux, ils ne font pas attention... », plaide M. Meunier, en racontant avoir lui-même été victime de la conduite dangereuse d’une automobiliste qui l’a mené à l’hôpital il y a quelques semaines. 

« Marc-André m’avait dit : il ne faut pas que tu te tues, tu as des enfants. Pis là, il me fait ça, se remémore-t-il. J’étais toujours avec lui. Il va me manquer quelqu’un. »

Trois autres

Jeudi, ses amis se sont serrés dans les bras, à proximité du lieu de l’accident.
Photo Jonathan Tremblay
Jeudi, ses amis se sont serrés dans les bras, à proximité du lieu de l’accident.

Trois autres drames à motos sont survenus cette semaine. 

Samedi après-midi, un motocycliste de 45 ans a perdu la vie , à Montréal après une collision avec un véhicule utilitaire sport, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.

Mardi dernier, un homme de 68 ans est mort après être entré en collision avec une camionnette sur le boulevard Le Corbusier, à Laval. 

Le lendemain soir, Yves Morin, 63 ans, se rendait chez sa sœur quand il a perdu le contrôle de sa moto sur l’autoroute 10 près de Chambly, avant de frapper la glissière. Il n’a pas survécu.

Les proches du résident de Saint-Jacques-le-Mineur n’ont aucun détail sur les causes de sa chute. 

M. Morin avait deux enfants, et deux petits-enfants.