/news/currentevents
Navigation

Accident mortel à Beauport: une tragédie qui ravive de douloureux souvenirs

Coup d'oeil sur cet article

L’accident qui a coûté la vie à une mère, à ses deux enfants et au grand-père à Beauport, la semaine dernière, ravive de douloureux souvenirs pour une mère qui a perdu son fils.

«C’est atroce. Juste à en parler, j’ai des émotions qui remontent. On revit tout ce qu’on a vécu», a mentionné Odette Lachance, en entrevue à TVA Nouvelles, visiblement émue par la tragédie.

Depuis la mort de son fils Thomas Ratté, fauché par un chauffard ivre en 2018, Mme Lachance mène des campagnes de sensibilisation avec un objectif très précis.

«Je ne veux pas que d’autres familles aient à vivre ce qu’on a vécu. Là, c’est la tragédie, mais ça ne se termine pas là. Il y a toutes les procédures judiciaires. Nous, ça s’est terminé en décembre l’année dernière. Donc près de trois ans après», a-t-elle raconté.

Contrairement au chauffard qui a tué son fils, celui qui a décimé une famille à Beauport avait des antécédents d’alcool au volant.

«Ça, pour moi, ça prend une tout autre forme. Je me dis, si tu fais une erreur — c’est sûr qu’il y a des erreurs qui sont difficiles à pardonner —, mais on apprend de nos erreurs. Et je ne sais pas si la famille de Kevin St-Hilaire m’entend [mais], je pense que Kevin a compris. Sincèrement, je ne pense pas que c’est une mauvaise personne, malgré tout», a-t-elle dit, au sujet de l’individu responsable de la mort de son fils.

À l’instar des jeunes dans la vingtaine, il est plus difficile de faire de la prévention auprès des hommes plus vieux.

«Les jeunes, ils comprennent. Et on est capable d’aller les rejoindre. Dans toute la prévention que je peux faire, la tranche d’âge des 30, 40, 50 et même 60 ans, ce sont des gens [qui disent] “ah, j’ai toujours conduit comme ça, j’ai déjà été pire”, mais ils prennent le volant quand même», a expliqué Mme Lachance.

Selon Odette Lachance, il faudra plus de moyens pour aller toucher ces individus.

«Lui, de toute évidence, la prévention, ça n’a pas fonctionné. Va falloir jouer plus sur les sentences justement. Ceux qui ne comprennent pas, faut être plus sévère», a-t-elle indiqué.

Et même si la douleur ne disparaîtra pas et que ce ne sera pas toujours facile, Odette Lachance invite le père des victimes à ne pas perdre espoir et à se concentrer sur l’avenir.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.