/news/currentevents
Navigation

Famille décimée dans un accident à Beauport: les initiales de Jackson Fortin sur le casque des joueurs de football

L’entraîneur de l’équipe, Azaria Chavannes, a fait une rencontre avec les coéquipiers de Jackson, mardi.
Photo Nicolas Saillant L’entraîneur de l’équipe, Azaria Chavannes, a fait une rencontre avec les coéquipiers de Jackson, mardi.

Coup d'oeil sur cet article

Les amis et coéquipiers de Jackson Fortin, décédé jeudi avec sa famille dans le terrible accident survenu à Beauport, bouleversés par la perte dramatique de leur ami, ont obtenu du soutien psychologique. 

• À lire aussi: Anéanti par l’alcool au volant

• À lire aussi: Une tragédie qui ravive de douloureux souvenirs

• À lire aussi: Les deux enfants ont succombé à leurs blessures

C’était notamment le cas de Chazz, « un très bon ami » de Jackson depuis leur rencontre dans l’équipe de football de St. Patrick’s High School. Même s’il a pu aller voir son ami une dernière fois à l’hôpital avant que ce dernier ne fasse don de ses organes, l’adolescent avait encore du mal à le croire. « C’est dur », dit-il.

« Il va nous manquer. C’est tellement dommage qu’il parte comme ça et qu’on ne puisse rien faire. Il y a tellement de choses que j’aurais aimé lui dire », disait le garçon de troisième secondaire.

Tragédie

Jean-Dominic Lemieux, lors d’un voyage dans le Sud en compagnie de Shellie Fletcher, Jackson et Emma, qui ont perdu la vie dans l’accident de jeudi sur l’autoroute Dufferin-Montmorency.
Photo courtoisie
Jean-Dominic Lemieux, lors d’un voyage dans le Sud en compagnie de Shellie Fletcher, Jackson et Emma, qui ont perdu la vie dans l’accident de jeudi sur l’autoroute Dufferin-Montmorency.

Jackson Fortin, 14 ans, est décédé à la suite d’un terrible accident causé par l’alcool, qui a aussi emporté sa petite sœur Emma, sa mère Shellie Fletcher et son grand-père, James Fletcher. 

Son autre ami, Logan, devait quant à lui faire face, pour la première fois, à un décès. « Un ami, à mon âge, qui est mort, ça m’a frappé », a-t-il laissé tomber lourdement.

Il disait être habité par le drame depuis son annonce. « Je suis allé dans ma chambre et j’ai commencé à pleurer. Je pensais que j’allais être correct pour la fin de semaine, mais ça m’a vraiment frappé », avouait-il.

Une formation tissée serrée 

Pour sa part, l’entraîneur de l’équipe de football de Jackson, Azaria Chavannes, avouait que « l’ambiance était lourde » à l’école secondaire St. Patrick.

Jackson dans l’uniforme des Fighting Irish de St Patrick’s High School.
Photo courtoisie
Jackson dans l’uniforme des Fighting Irish de St Patrick’s High School.

Les membres de l’équipe de football cadet s’étaient toutefois rassemblés, mardi, lors d’une réunion d’équipe pour parler du drame avant la séance d’entraînement.

« On les a informés de la situation sans entrer dans les détails. On a gardé une minute de silence à la mémoire de Jackson », a expliqué l’entraîneur Chavannes, qui est aussi allé voir Jack à l’hôpital.

Il a également été décidé de retirer le numéro 9 que portait la victime de 14 ans, de même que d’ajouter un autocollant sur les casques des joueurs avec les initiales « JF », pour Jackson Fortin.

Le directeur de l’école secondaire St. Patrick, Warren Thomson, disait que l’école en entier était en deuil à la suite du décès tragique de Jackson Fortin.

Une douzaine d’intervenants sociaux et de psychothérapeutes étaient « à la tâche » pour aider les élèves qui en avaient besoin.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.