/news/provincial
Navigation

Jean Rousseau veut «faire mieux» pour protéger les arbres

Le candidat à la mairie de Québec, Jean Rousseau
Photo Dominique Lelièvre Le candidat à la mairie de Québec, Jean Rousseau

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, estime que l’amélioration de la canopée passe d’abord par la préservation du plus grand nombre d’arbres existants.

« Pour une politique du maintien des arbres, non à une politique de l’abattage », a résumé le candidat à la mairie mercredi.

À son avis, il est trop facile de condamner un arbre sous prétexte qu’il est malade ou à risque de tomber malade.

« On dirait que l’on est amoureux de la tronçonneuse et il faut qu’elle serve. Non, on est capable de faire mieux. [...] Les arbres sont une richesse », plaide-t-il.

Le candidat à la mairie de Québec, Jean Rousseau
Photo Dominique Lelièvre

Cibles

Sous l’administration Labeaume, la Ville de Québec s’est déjà engagée à planter 100 000 nouveaux arbres sur son territoire d’ici 2027, visant comme premier secteur prioritaire l’aire d’influence du tramway.

Cet été, elle a toutefois dû admettre qu’elle s’éloignait de son objectif de faire passer la canopée de 32 % à 35 % d’ici 2025, car celle-ci a plutôt reculé de 1 % depuis 2015.

« Oui, on va augmenter le nombre d’arbres. Oui, on va augmenter la canopée, et les objectifs qui sont mis de l’avant, on va les atteindre, mais en conservant le plus d’arbres possible, ce à quoi la Ville ne s’engage pas à l’heure actuelle », a affirmé M. Rousseau.

Six priorités

Le candidat a présenté un plan de gestion de l’arbre urbain qui s’articule autour de six priorités. La première est justement de « préserver les arbres existants, notamment sur le parcours du futur tramway. » M. Rousseau admet cependant qu’on ne pourra pas tous les sauver.

Le deuxième volet de cette politique consiste à « planter les arbres à des endroits stratégiques ». « Dans des districts centraux, par exemple Saint-Roch, Saint-Sauveur, Cap-aux-Diamants, on est à 15 % [de canopée]. C’est insuffisant. Il faut aller beaucoup plus loin », a soutenu Jean Rousseau.

De plus, Démocratie Québec veut instaurer « un code d’éthique de l’arbre urbain » destiné aux décideurs, aux gestionnaires et aux propriétaires, et adopterait une réglementation obligeant les promoteurs immobiliers à investir jusqu’à 1 % du budget des projets dans la plantation d’arbres dans le quartier où ils s’implantent.

D’autre part, Démocratie Québec souhaite que chaque citoyen ait accès à un espace arboré ou à une « mini-forêt » dans un rayon de 500 mètres de chez lui et, enfin, créer une « Maison de l’arbre urbain ».

À voir aussi