/sports/baseball
Navigation

Larry Walker: au Temple de la renommée grâce aux Expos

Larry Walker devient un immortel du baseball

BBA-BBN-BBO-SPO-2021-NATIONAL-BASEBALL-HALL-OF-FAME-INDUCTION-CE
Photo AFP Larry Walker a reçu sa plaque en présence du commissaire du baseball majeur Rob Manfred et des instances du Temple de la renommée du baseball Jeff Idelson et Jane Forbes Clark.

Coup d'oeil sur cet article

Sans la chance que lui ont accordée les Expos à la fin des années 1980, Larry Walker n’aurait jamais livré son discours d’introduction au Temple de la renommée du baseball. Mercredi, par une splendide journée à Cooperstown, le puissant cogneur est devenu un immortel de son sport.

• À lire aussi: Beaucoup d’admiration pour Larry Walker

• À lire aussi: Le Temple de la renommée attend Larry Walker

En signant son premier contrat professionnel, que lui a présenté Buck Rodgers à son domicile de Maple Ridge, en Colombie-Britannique, à l’âge de 20 ans, Walker a empoché 1500 $. Il venait de gagner à la « loterie ». 

Poussé par sa famille de saisir l’occasion donnée par les Expos, il a sauté dans son VUS Nissan Pathfinder et traversé le continent pour aboutir au camp de l’équipe en Floride. 

Avec son humour légendaire, Walker a déridé la foule lors de son discours d’intronisation.
Photo AFP
Avec son humour légendaire, Walker a déridé la foule lors de son discours d’intronisation.

« Je serai toujours reconnaissant envers la confiance des Expos. Ce fut un honneur de jouer pour cette équipe, a exprimé l’homme de 54 ans dans un discours empreint d’humour et d’humilité tout à son image. 

  • Écoutez la chronique du journaliste sportif au Journal de Montréal, Mathieu Boulay, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

« Je garde d’excellents souvenirs de Montréal, entre autres la saison 1994. Je suis déçu de ne pas avoir offert au Québec une présence en Séries mondiales. Qui sait ce qui serait survenu », a ensuite lancé celui qui est devenu le 9e ex-membre des Expos à faire son entrée au panthéon du baseball. 

Du même souffle, Walker a démontré tout son appui au retour du baseball majeur à Montréal. « Je souhaite le retour des Expos, et ce, dans un court délai. » 

Tout a commencé à Montréal pour l’immortel du baseball Larry Walker.
Photo d'archives
Tout a commencé à Montréal pour l’immortel du baseball Larry Walker.

Au cours de ses six saisons à Montréal, de 1989 à 1994, « Booger » a claqué 99 circuits, produit 368 points, volé 98 coussins et maintenu une moyenne au bâton de ,281. Dans l’uniforme des Amours, il a d’ailleurs remporté plusieurs honneurs individuels, dont celui de joueur le plus utile. 

Succès au Colorado

Mais il a connu ses meilleurs moments chez les Rookies du Colorado de 1995 à 2004. C’est d’ailleurs avec cette casquette qu’il est devenu un immortel, mercredi. Il est le premier joueur de cette formation à entrer à Cooperstown. 

L’ancien no 33 des Expos était bien entouré en compagnie de Derek Jeter et Ted Simmons, intronisés également.
Photo AFP
L’ancien no 33 des Expos était bien entouré en compagnie de Derek Jeter et Ted Simmons, intronisés également.

Le cogneur de 383 longues balles à ses 17 saisons dans les ligues majeures en était à sa 10e et dernière chance au panthéon. La pandémie a prolongé l’attente pour cette cohorte de 2020 composée de Ted Simmons, de Marvin Miller, de Walker et de Derek Jeter. 

Avec patience et espoir, elle en aura valu la peine. « C’est maintenant une réalité, s’est exclamé Walker après avoir tôt fait d’immortaliser son passage sur scène avec son cellulaire. Je remercie tous mes coéquipiers et mes gérants qui m’ont rendu meilleur et qui m’ont inséré dans l’alignement.

« Je ne me suis jamais considéré comme un joueur digne du Temple de la renommée, a ajouté avec humilité l’ancien voltigeur et gardien du premier coussin. Je me croyais un joueur dans la moyenne, ni trop fort ni trop faible. 

« Depuis le début de cette journée, mes pieds n’ont jamais touché le sol. Je suis ici grâce à mes coéquipiers. Ils ont tous leur nom sur cette plaque avec moi. C’est un véritable privilège », a précisé l’athlète, touché par l’ampleur du moment. 

Plus qu’un joueur « ordinaire »

Celui qui a pris sa retraite en 2005 dans l’uniforme des Cards de St. Louis a souhaité que son histoire puisse inspirer la jeunesse canadienne à persévérer et à rêver aux losanges des majeures.

Pour mériter sa place parmi les 333 membres du Temple, Walker est tout sauf un joueur de balle ordinaire. Il est l’un des trois joueurs de l’histoire à avoir volé plus de 200 buts, maintenu une moyenne au bâton supérieure à ,300, présenté une moyenne de présence sur les buts de ,400 et une moyenne de puissance au-delà de ,500.  

Son coéquipier au Colorado Dante Bichette a livré un vibrant témoignage dans sa présentation. « Larry était puissant et il pouvait tout faire. Il frappait toutes les balles qu’on lui lançait. C’est le meilleur joueur que j’ai côtoyé. J’en ai été témoin, il est l’un des plus grands. » 

Avec fierté

Mais cette journée spéciale en plein cœur de l’État de New York était celle de l’un des plus grands de tous les temps : Derek Jeter. 

Immortels du basketball, Michael Jordan et Patrick Ewing étaient aux premières loges à Cooperstown pour saluer leur ami Derek Jeter, ancien capitaine des Yankees.
Photo AFP
Immortels du basketball, Michael Jordan et Patrick Ewing étaient aux premières loges à Cooperstown pour saluer leur ami Derek Jeter, ancien capitaine des Yankees.

Devant un parterre de spectateurs majoritairement attriqués aux couleurs des Yankees scandant son nom, le quintuple champion qui a tiré sa révérence en 2014 après 20 saisons dans les majeures a rejoint ses héros. 

Deux histoires ont marqué sa carrière : ses rencontres avec la femme de Jackie Robinson en 1996 et Hank Aaron en 1999. 

« J’ai réalisé que le baseball était plus qu’un jeu. La famille du Temple de la renommée me regardait. Je voulais son approbation, a raconté “M. Novembre”. Durant ma carrière, j’ai voulu que Mme Robinson, M. Aaron et tous ceux derrière moi soient fiers de moi. 

« Pas pour les statistiques, mais plutôt par ma façon de jouer, mon comportement et mon respect du jeu pour ceux qui m’ont précédé ou succédé », a-t-il enchaîné avec passion. Il ne faut surtout pas oublier que Jeter, aussi surnommé « Captain Clutch », a marqué l’histoire de la plus grande organisation sportive au monde, dans le marché le plus intransigeant.