/sports/football/rougeetor
Navigation

Le Rouge et Or fin prêt pour sa visite à Sherbrooke

La formation lavalloise a finalement eu droit à une préparation normale d’un match de saison

SPO-ROUGE-ET-OR
Photo Agence QMI, Pier-Yves C Valade Thomas Bolduc jouera une deuxième rencontre dans sa ville natale.

Coup d'oeil sur cet article

Les entraîneurs du Rouge et Or ont enfin un peu plus de boulot puisque la formation peut finalement regarder des bandes vidéos datant de la présente saison pour sa troisième rencontre de la saison face au Vert et Or de Sherbrooke. Personne ne semble se plaindre de ce retour à la normale. 

• À lire aussi: Rouge et Or: un porteur qui connait son rôle

« C’est fini les extrapolations avec une grande quantité de possibilités. C’est plus motivant pour les entraîneurs et c’est plus concret pour les joueurs. Ça demande un peu plus de travail de tout le monde, mais c’est ce qu’on recherchait. C’est certainement plus plaisant », avoue Glen Constantin visiblement satisfait de pouvoir étudier les deux premiers matchs de son adversaire.

Trappe à souris

Malgré la fiche intacte à vie de la formation lavalloise sur l’équipe de l’Estrie, le grand patron du Rouge et Or refuse de tomber dans un excès de confiance et il respecte beaucoup ce qu’il a vu de Sherbrooke depuis le début de la saison. 

« Ils ont du talent et ils sont bien entraînés dans les trois phases de jeu. Ce n’est pas un match piège, il faudra être en mesure de commencer le match dès le début parce que Sherbrooke est un club physique. »

Le pilote a ensuite raconté une savoureuse anecdote qui remonte à la demi-finale canadienne de 2013 alors que sa formation avait croisé le fer avec les Mounties de Mount Allison. Glen Constantin s’était assuré que ses joueurs ne prennent pas ses adversaires de trop haut. 

Thomas Bolduc jouera une deuxième rencontre dans sa ville natale.
Photo Martin Chevalier
Thomas Bolduc jouera une deuxième rencontre dans sa ville natale.

« On avait placé une trappe à souris dans la case de chaque joueur pour être certain qu’il ne tombe pas dans le piège que représentait Mount Allison. Je pense qu’on ne se soucie plus trop de nos adversaires depuis ce temps. Le mot d’ordre est de jouer à notre standard sans regarder le tableau indicateur et de bien faire les choses », assure Constantin qui mentionne à la blague qu’il avait placé les trappes à souris dans le budget de l’équipe.

Le niveau d’intensité d’un match universitaire est également quelque chose de nouveau pour plusieurs jeunes joueurs. Avec toutes les équipes qui ont disputé au moins une rencontre, l’instructeur est d’avis que cet aspect ne devrait plus être une source de problèmes.

« Le football, ce n’est pas du golf. Tu peux pratiquer autant que tu veux et tu peux essayer de simuler des parties, mais il n’y a rien comme l’intensité d’un vrai match. On s’est fait surprendre par l’intensité de McGill à la première semaine et il y a beaucoup de progrès avec l’intensité de nos pratiques depuis ce temps. »

Offensive aérienne

Glen Constantin a également eu des bons mots sur le pivot partant de Sherbrooke Anthony Robichaud. 

« C’est un bon quart-arrière, on l’avait recruté il y a trois ans. Il possède un bon bras, il est athlétique et il s’améliore dans ses lectures. Il est un des bons passeurs au Québec à mon avis. »

Si le Vert et Or est très physique en défensive, l’unité offensive possède aussi une caractéristique bien spécifique. L’attaque des Verts est principalement centrée sur le jeu aérien. 

Glen Constantin a mentionné que ses adversaires ont un ratio depuis le début de la saison de 85 % des jeux qui sont par la passe contre seulement 15 % qui sont au sol.

« Tout est centré sur la passe. Ils ont des bons receveurs, dont le numéro 11 Charles Giroux. Ils ont aussi deux porteurs explosifs. Défensivement, ils ont une belle cohésion et la poursuite est très bonne. »

Pas une distraction

Le terrain gazonné au stade de l’université de Sherbrooke n’est pas un souci pour le Rouge et Or. Selon Constantin, les joueurs utilisent même leurs crampons habituels pour jouer sur la surface.

Il faudra également surveiller le retour de quelques vétérans dans l’alignement offensif du Rouge et Or. 

Les receveurs Vincent Forbes-Mombleau et Antoine Dansereau-Leclerc verront de l’action, mais il faudra encore attendre pour revoir les jumeaux Breton-Robert. L’identité du botteur reste toujours à déterminer.