/sports/hockey
Navigation

Place au Colisée Vidéotron à Trois-Rivières

Les matchs des Lions de Trois-Rivières diffusés sur TVA Sports

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Le Colisée flambant neuf des Lions de Trois-Rivières sera coiffé de l’enseigne de Vidéotron et 25 des parties de l’équipe seront présentées sur les ondes de TVA Sports dans le cadre d’un partenariat qui vise à faire rayonner l’unique club québécois de l’ECHL.

L’édifice des Lions devient donc le Colisée Vidéotron, tandis que le diffuseur exclusif sera TVA Sports, dans le cadre d’une entente de cinq ans. Les termes financiers n’ont pas été dévoilés.

Le président et chef de la direction des Lions, Mark Weightman (centre), le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche (gauche) et le grand patron de Québécor Pierre-Karl Péladeau (droite) ont fièrement dévoilé leur nouveau partenariat.
Photo Martin Chevalier
Le président et chef de la direction des Lions, Mark Weightman (centre), le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche (gauche) et le grand patron de Québécor Pierre-Karl Péladeau (droite) ont fièrement dévoilé leur nouveau partenariat.

« Le 21 octobre à 19 h, on va marquer l’histoire ensemble », a souligné en conférence de presse le président et chef de la direction des Lions, Mark Weightman, à l’endroit de Pierre Karl Péladeau, présent à Trois-Rivières à titre de président et chef de la direction de Québecor.

Photo Martin Chevalier

Alliance naturelle

Pour les Lions, qui tentent d’amener sur la glace une formation à saveur québécoise, il était naturel d’aller de l’avant avec un tel partenariat.

« On est absolument emballé. C’est un partenaire tout désigné. On le dit depuis le début, on est le club de Trois-Rivières, de la Mauricie, mais aussi le club de l’ECHL pour tout le Québec. Avec Vidéotron et TVA Sports, on est très bien positionné pour faire connaître cette nouvelle équipe à l’ensemble du Québec », a mentionné M. Weightman aux journalistes après son allocution officielle.

Photo Martin Chevalier

Selon lui, le processus de négociation avec Québecor s’est déroulé rondement, même s’il s’est fait un point d’honneur de demeurer discret sur les détails de l’entente.

« Les montants restent confidentiels entre nous et Vidéotron. Le processus a été accéléré. Dès la première rencontre avec les gens de Vidéotron, on a vite réalisé qu’on avait un enlignement au niveau de nos objectifs d’entreprise de part et d’autre. On a la volonté de promouvoir un produit québécois », a-t-il fait valoir.

Pour sa part, Pierre Karl Péladeau a promis que « toute la machine Québecor sera derrière les Lions et le Colisée pour faire rayonner davantage. »

Produit québécois

Les Lions devraient définitivement offrir une saveur québécoise entre les joueurs de la province dans l’alignement, l’entraîneur-chef Éric Bélanger et le directeur général Marc-André Bergeron. Un constat qui a invité le maire de Trois-Rivières à y aller d’une boutade.

« C’est une très belle journée. On m’avait promis depuis le début les meilleurs joueurs québécois, mais celui-là, je ne l’avais pas vu venir, un joueur comme PK Péladeau ! » a-t-il lancé.

« Pour nous, c’est une marque de crédibilité », a-t-il enchaîné.

Pour sa part, M. Péladeau s’est aussi dit fier d’endosser les Lions et le Colisée Vidéotron.

« C’est un privilège et une grande fierté. Vous connaissez notre implication dans le domaine du hockey depuis plusieurs années. Nous avons débuté avec l’Armada de Blainville-Boisbriand et ça s’est poursuivi avec les Remparts de Québec. Aujourd’hui, avec les Lions, on fait en sorte d’ajouter encore davantage à cette implication », a-t-il commenté.

Les Lions débuteront leur saison à la maison le 21 octobre face aux Growlers de Terre-Neuve. 

Nordiques : toujours la foi

Pierre Karl Péladeau avait sans doute en tête qu’un édifice associé à Vidéotron soit la maison d’un autre club professionnel que les Lions de Trois-Rivières. À Québec, le Centre Vidéotron est toujours sans les Nordiques, mais l’homme d’affaires continue de croire au projet.

Sur place et visiblement fier de voir son entreprise s’associer aux Lions, M. Péladeau a presque lui-même, sourire en coin, amené le sujet du retour des Nordiques à l’ordre du jour lors d’une mêlée de presse après les discours d’usage.

« Nous espérons que ce sera l’une des étapes, et ça a toujours été notre objectif, de participer encore davantage à la joie du hockey », a-t-il lancé, souriant à pleines dents.

Le plancher lui a vite été offert pour qu’il en dise plus long sur l’état actuel de la situation auprès de la Ligue nationale.

« Je persiste à dire que, vraiment, à Québec, nous disposons de tous les actifs. Toutes les conditions sont réunies pour faire en sorte qu’il y ait une équipe de la Ligue nationale. 

« Nous avons un amphithéâtre de grande qualité. Nous avons une entreprise avec les moyens financiers et un diffuseur. Nous continuons à faire en sorte de pousser notre candidature pour être éventuellement propriétaires d’une équipe de hockey ou pour le moins, être un diffuseur d’une équipe locale à Québec », a-t-il affirmé pour réitérer sa position.

Des démarches

Fidèle à son habitude, M. Péladeau n’est pas entré dans les détails lorsque le représentant du Journal lui a demandé d’expliquer concrètement les démarches en cours auprès de Gary Bettman et de la LNH.

« Notre candidature est toujours présente. Nous avons toujours Brian Mulroney, qui est notre président du conseil, et qui continue à travailler en ce sens. Il y a énormément de personnes qui ont cette foi inébranlable à l’égard du hockey et c’est normal. Nous nous activons en permanence sur la capacité de convaincre ceux qui sont, ultimement, décisionnaires dans ce processus », a-t-il ajouté.

Club-école ?

Quant à savoir si l’implication à Trois-Rivières se veut une stratégie pour avoir les deux pieds dans l’amphithéâtre, advenant le cas où un éventuel club-école des Nordiques s’établirait sur place, PKP n’a pas bronché.

« Il y a plusieurs théories et on va y aller une étape à la fois. Aujourd’hui, c’est une implication de Vidéotron et de TVA Sports auprès des Lions. »