/news/currentevents
Navigation

Le procès d'un présumé tueur à gages débute

Il est accusé de trois meurtres et d’une tentative d’assassinat

FD-FUSILLADE LACHENAIE
Photo d'archives, Agence QMI Le mafioso Salvatore Scoppa a été visé par une tentative d’assassinat en février 2017, en se rendant à sa Toyota Camry après un souper au Houston de Terrebonne. Quatre jours après les événements, l’arme à feu a été trouvée par des employés.

Coup d'oeil sur cet article

Quatre jours après une tentative de meurtre contre un mafioso, la potentielle arme du crime a tout bonnement été retrouvée dans un tas de neige par un employé de restaurant, a-t-on appris cette semaine au début du procès d’un présumé tueur à gages. 

• À lire aussi: Plusieurs arrestations en lien avec le présumé tueur à gage Frédérick Silva

« Je l’ai prise avec mon petit doigt, parce que si c’était une vraie, je ne voulais pas mettre mes empreintes partout sur l’arme, a raconté jeudi Samuel Fortin. J’ai vu les douilles de fusil déjà dans le chargeur. Par après, mon chef est sorti et m’a dit de la mettre par terre. »

L’ancien employé du restaurant Houston, dans le secteur de Lachenaie à Terrebonne, est venu témoigner dans le cadre du procès de Frédérick Silva, considéré par la police comme un tueur à gages. 

L’homme de 40 ans est accusé d’avoir tenté d’assassiner le chef de clan mafieux Salvatore Scoppa, en février 2017, à ce restaurant, et d’avoir assassiné trois autres individus entre octobre et décembre 2018, à Montréal et Laval.

Il s’agit d’Alessandro Vinci, Yvon Marchand et Sébastien Beauchamp.

On en sait peu des premiers, mais Beauchamp est un ancien membre des Rockers, un défunt club-école des Hells Angels. 

Le présumé tueur à gages doit subir un autre procès en 2022, cette fois-ci pour le meurtre de Daniel Armando Somoza-Gildea, survenu en mai 2017. 

Il avait été arrêté en février 2019, alors qu’il était l’un des hommes les plus recherchés au pays.

Un long procès

Le procès de Silva, qui se déroule devant le juge Marc David, doit s’échelonner sur de nombreuses semaines au palais de justice de Montréal. 

La première portion porte sur la tentative de meurtre de Salvatore Scoppa.

L'arme à feu.
Photo courtoisie de la Cour
L'arme à feu.

Trois employés du restaurant Houston sont venus expliquer jeudi les circonstances ayant mené à la découverte d’une arme à feu quatre jours après les événements, malgré que les policiers avaient passé l’endroit au peigne fin.

Dans la neige 

« J’étais sorti fumer une cigarette, a dit Samuel Fortin, un ancien plongeur de l’endroit. En voulant passer le temps, je me suis mis à “kicker” de la neige, de la glace, puis en faisant ça, j’ai aperçu une arme à feu. »

Il a avisé ses collègues de sa trouvaille surprenante.

« J’ai demandé si ça avait un rapport avec ce qui s’est passé [plus tôt cette semaine] », a précisé le jeune homme. 

Ce n’est qu’environ 1 h 30 plus tard que les autorités ont été contactées pour les aviser de la situation. 

« On était dans un gros rush cette soirée-là », a justifié Sébastien Dutrisac, qui était à l’époque chef-cuisinier et gérant. 

On peut présumer que l’arme en question a été utilisée pour le crime, même si ça n’a toujours pas été déposé en preuve devant le juge. 


Le procès de Silva reprend lundi.

À VOIR AUSSI...