/news/politics
Navigation

QS propose des mesures pour calmer le marché immobilier

Le chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois
Photo d'archives Le chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois

Coup d'oeil sur cet article

Les élus solidaires proposeront cet automne une série de mesures pour apaiser la folie immobilière qui a fait exploser les prix des maisons au cours des derniers mois.  

La spéculation immobilière rend le rêve d’acheter une première maison hors de portée pour les jeunes adultes, estime le chef parlementaire de Québec solidaire.  

«Cet automne, Québec solidaire va proposer un pacte pour les premiers acheteurs, pour protéger les familles rapidement et à faible coût», a déclaré Gabriel Nadeau-Dubois lors d’un point de presse de clôture du caucus de sa formation, à Sherbrooke, en vue de la rentrée parlementaire. Avec l’environnement et l’éducation, le logement sera un des trois enjeux prioritaires de QS cet automne. 

Ainsi, la formation de gauche proposera d’imposer un délai minimum pour le dépôt d’une offre d’achat et de rendre celle-ci «transparente» afin d’éviter la surenchère.  

De plus, l’inspection deviendrait obligatoire avant l’achat et la garantie légale serait exigée, sauf dans les cas de succession. Une limite serait également imposée à la commission que peut exiger un agent immobilier.  

Cassure générationnelle 

La crise sanitaire est venue exacerber la hausse du prix des maisons et des condos ces derniers mois. Entre mars 2020 et juin 2021, le prix médian d’une maison unifamiliale au Québec a grimpé de 33,9 %, tandis que les condos se sont vendus 32,8 % plus chers. 

Mais Québec solidaire voit dans la spéculation immobilière un problème à plus long terme, une «cassure générationnelle» qui bloque l’accès à la propriété pour les plus jeunes. 

«Pour ma génération, le rêve de la propriété, en fait, c’est le cauchemar de l’endettement», dit Gabriel Nadeau-Dubois.   

Le parti propose donc de «mettre de l’ordre» dans le marché, par opposition à l’attitude de «laissez-faire», dont il accuse le gouvernement de François Legault.  

Nuire aux vendeurs?  

Questionné à savoir si ces mesures ne risquent pas de nuire aux vendeurs, qui souhaitent maximiser le profit sur leurs propriétés, Gabriel Nadeau-Dubois réplique que «nos propositions ne vont empêcher personne de vendre leur maison».   

«Ce qu’elles vont faire, c’est de mettre des balises pour que personne ne se fasse avoir et qu’avoir accès à une première maison ne soit plus seulement un truc réservé aux jeunes médecins», dit-il.