/sports/hockey
Navigation

Tournoi pee-wee: toujours pas de décision pour l'édition 2022

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le DG du Tournoi pee-wee, Patrick Dom.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une « bonne discussion » avec plusieurs instances jeudi, le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec n’a toujours pas été en mesure de statuer si l’édition 2022 aura lieu ou pas.

Le directeur général du Tournoi, Patrick Dom, a participé à une rencontre en compagnie de représentants de la Ville de Québec, des ministères du Tourisme ainsi que de l’Éducation, du Loisir et du Sport, entre autres jeudi, lors de laquelle une aide financière a été discutée.

Quelques minutes après la rencontre, le Tournoi a mentionné par voie de communiqué ne pas être en mesure de statuer.

« L’organisation du Tournoi a obtenu les informations dont elle avait besoin, mais suite aux réponses, un CA d’urgence devra être tenu dans les prochains jours afin de prendre des décisions importantes quant à l’édition 2022 », ont-ils écrit.

Joint au téléphone, Dom faisait tout de même preuve d’optimisme.

« On a eu une bonne discussion, je ne peux pas le nier. Il y avait beaucoup de gens autour de la table et on a discuté et avancé sur le point majeur qui est l’argent. On va se rencontrer, avec le conseil d’administration, dimanche et on va prendre une décision. En ce moment, je suis plus confiant que je l’étais de pouvoir tenir un tournoi, mais je ne gagerais pas ma maison. »

CASSE-TÊTE

Le tournoi a vu l’un de ses problèmes réglé la semaine dernière lorsque le gouvernement provincial a annoncé le retour du hockey en équipe complète.

Il reste encore plusieurs dossiers à régler, dont l’aide financière demandée pour couvrir les pertes engendrées par la limite de 7500 spectateurs imposée par la Santé publique ainsi que les frais liés à l’application des mesures sanitaires.

La vaccination des bénévoles demeure aussi un caillou dans le soulier du Tournoi pee-wee qui ne peut imposer la vaccination à ses membres.

« On va trouver une solution. Notre mandat est de respecter la volonté de tout le monde. On va s’assurer que tout le monde soit en sécurité. »