/opinion/columnists
Navigation

Un débat mou, très mou

Coup d'oeil sur cet article

Dès le début, Radio-Canada a abattu ses cartes...

« Le débat sera diffusé dans plusieurs langues... »

Justin a dû avoir trois orgasmes de suite...

Comme s’il y avait PLUSIEURS langues officielles au Canada !

Comme si le français était UNE langue parmi les centaines de langues parlées au pays !

On est où, ici ? À la chaîne française de Radio-Canada ou à la chaîne We Are the World ?

UNE GROSSE BALLE MOLLE

Une minute plus tard, Patrice Roy a lancé une belle grosse balle molle à Justin.

« Bon, ces élections n’étaient pas voulues. Mais ça, monsieur le premier ministre, c’est le passé... »

Euh...

Comment ça, c’est le passé ?

Ce n’est pas le passé, c’est le présent !

Radio-Canada a organisé un débat hier, car NOUS SOMMES EN ÉLECTIONS MAINTENANT ! 

Pourquoi on a décidé de balayer ça sous le tapis ?

S’il y a une question, une seule, à poser à Justin Trudeau, c’est bien : « Pourquoi avoir déclenché des élections maintenant ? »

C’est la question à 612 millions de dollars que tous les Canadiens se posent !!!!

Pourquoi Patrice Roy a tout de suite mis cette question de côté ?

Mystère...

En passant, si les libéraux de Justin sont réélus, ils augmenteront de 400 millions sur quatre ans le budget de Radio-Canada.

Je dis ça, je dis rien, comme disent les Français...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

PASSE-MOI-LE-BEURRE

Cela dit, parlant de monsieur Trudeau...

Contrairement au face à face de TVA, notre PM, hier, s’est calmé le pompon et n’a pas cogné sur tout ce qui bougeait. On lui en est reconnaissant. Reste que tous les téléspectateurs qui ont regardé le débat de Radio-Canada se sont posé la même question : si le PM a les solutions à tous nos problèmes, pourquoi ne les a-t-il pas appliquées au cours des six dernières années ? Avait-il vraiment besoin d’une majorité pour proposer ces solutions miracles ? Et après combien de milliards de dollars de dépenses Justin Trudeau compte-t-il ranger le chéquier de l’État ?

Le moment le plus saugrenu de ce débat est arrivé lorsque Noémie Mercier (reléguée à un rôle de figurante) a demandé à un enfant de 11 ans de poser une question sur l’environnement. Je suis sûr que nos grands défenseurs de la protection de l’environnement qui militent depuis des années sur ce dossier hyper important étaient contents de voir Radio-Canada aborder ce sujet avec tout le sérieux d’un épisode de Passe-Partout.

Pourquoi n’a-t-on pas demandé à un ado de poser une question sur le surendettement, qui étouffera pendant des années sa génération ?

Tant qu’à faire...

LE BUT DU MATCH

Celui qui devait compter des points, hier, est Erin O’Toole. C’était sa dernière chance de parler aux Québécois. Pas sûr qu’il ait réussi à nous faire vibrer... 

On a beau aimer le hockey, ce n’est pas parce qu’un chef patine sur certains dossiers qu’on va voter pour lui... La meilleure question de la soirée fut posée par Yves-François Blanchet à Justin Trudeau : « S’il ne faut pas dire aux nations autochtones quoi faire et quoi penser, pourquoi notre PM dit-il à la nation québécoise quoi faire et quoi penser ? »

Juste pour ça, ce débat en valait la peine...