/news/currentevents
Navigation

Désinformation sur les réseaux sociaux: le vaccin n’avait rien à voir avec la mort d'une ado

De fausses informations concernant son décès ont circulé sur les réseaux sociaux

GEN -MOUSA RIZKALLA
Photos Martin Alarie et courtoisie Maged Rizkalla, le père de Malaka (en mortaise), décédée mardi.

Coup d'oeil sur cet article

La famille d’une adolescente de 15 ans décédée subitement mardi après un malaise en pleine classe souhaite remettre les pendules à l’heure et déplore vivement que des antivaccins se servent de sa mort pour promouvoir leur désinformation.

« Ma fille a eu sa deuxième dose il y a plus de deux mois. C’est déplorable que certains disent que son décès est en lien avec le vaccin contre la COVID-19. Ce n’est pas la vérité du tout », a lancé Maged Rizkalla.  

  • Écoutez les actualités avec Alexandre Dubé sur QUB radio :   

Sa fille, Malaka Rizkalla, âgée de 15 ans, est décédée mardi après avoir ressenti un malaise survenu dans sa classe, à l’école secondaire Louis-Riel, à Montréal.

« C’est arrivé tout juste après le dîner. Elle est allée à la salle de bain parce qu’elle ne se sentait pas bien. En revenant à son bureau, elle s’est effondrée », a raconté son père.

En partageant sur les réseaux sociaux un communiqué qui avait été envoyé par la direction de l’école aux parents afin d’annoncer la triste nouvelle, des militants antivaccins se sont écriés à tort que la mort de l’élève de secondaire 4 était survenue après qu’elle eut reçu son vaccin contre la COVID-19. 

« On cache la vérité » ou « Les enfants sont en danger », peut-on lire dans des publications.    

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin sur QUB radio:    

Des complotistes s’invitent 

Ajoutant à la confusion, une journée de vaccination s’est déroulée le lendemain du décès de la jeune adolescente dans cette même école. Un groupe de complotistes s’est d’ailleurs présenté à l’heure du dîner en essayant d’aborder les élèves, ce qui a donné lieu à quelques échanges houleux.

« C’est affreux d’instrumentaliser le décès d’une jeune fille pour faire avancer leur cause. Qu’ils laissent les élèves et les professeurs vivre leur deuil en paix », a dénoncé l’enseignant Xavier Watso.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, s’est dit scandalisé sur Twitter « par ces manifestants qui ont instrumentalisé le décès tragique d’une jeune fille pour alimenter la désinformation. » 

Malaka Rizkalla avait reçu sa deuxième dose de vaccin à la mi-juin en vue de son voyage en Égypte, cet été, avec sa mère. Elle devait rendre visite à sa famille, ont tenu à préciser ses proches, qui sont eux aussi tous vaccinés.  

« Nous sommes allées prendre notre deuxième dose ensemble au Stade olympique et elle n’a même pas eu d’effets secondaires », a dit sa grand-mère, Soheir Rizkalla, en répétant fermement que sa mort « n’est pas liée au vaccin. »   

  • Écoutez l’entrevue de Nina Duque, chargée de cours au Département de communication sociale et publique de l’UQAM

Problèmes cardiaques 

Elle a confié que sa petite-fille avait eu des problèmes cardiaques importants, mais qu’un traitement avait amélioré la situation il y a plusieurs années.

« Elle était redevenue comme une adolescente normale de son âge : une belle grande fille très active, intelligente et enjouée », a évoqué Soheir Rizkalla.

Le Bureau du coroner a confirmé que le décès de l’adolescente fait l’objet d’une investigation afin de faire la lumière sur ses causes et les circonstances exactes.

– Avec Andrea Valeria

À VOIR AUSSI...