/sports/tennis
Navigation

Déçue, mais pas abattue

Coup d'oeil sur cet article

La défaite n’était pas une option pour Leylah Fernandez. C’était évident quand la Québécoise s’est assise sur sa chaise après la balle de match, les yeux dans l’eau.

Ce l’était tout autant deux heures plus tard, quand la finaliste inattendue des Internationaux des États-Unis a rencontré les journalistes. 

« Je suis encore déçue, a reconnu la Lavalloise. Cette défaite, je vais la porter longtemps. Mais elle va me motiver pour la suite, à l’entraînement, et lors de mes prochaines occasions de la sorte. »

Fernandez est déçue, mais pas abattue. Elle a 19 ans, et encore beaucoup de tennis à disputer. « Malgré tout, je suis très heureuse de la façon dont j’ai compétitionné, de la façon dont j’ai joué et dont je me suis comportée sur le terrain au cours des deux dernières semaines. »

« Je me suis améliorée beaucoup. Pas seulement mon tennis, mais aussi émotionnellement et mentalement », a analysé l’athlète qui a tenté de répéter l’exploit de la Canadienne Bianca Andreescu en 2019.

Nouvelle notoriété 

Quand elle s’est présentée à New York, avec son 73e rang au classement de la WTA, Leylah était une joueuse parmi tant d’autres dans le grand tableau des Internationaux des États-Unis.

Elle quitte la Grosse Pomme comme l’une des filles en vue sur le circuit. Mais malgré sa nouvelle notoriété, Fernandez estime que ça ne changera pas qui elle est. 

« Je ne pense pas que ça va changer ma vie, a-t-elle relativisé. Je suis vraiment chanceuse d’avoir le soutien de mon équipe et de ma famille, ça m’aide à rester à terre. Ces victoires et cette défaite vont me motiver à travailler plus fort et à me présenter à chaque tournoi avec la même motivation. »

La faute aux émotions

Fernandez a mis sur le compte de ses émotions la longue discussion qu’elle a eue avec l’arbitre après la pause médicale accordée à Raducanu à 5-3, deuxième manche. 

« Je ne savais pas ce qui arrivait à Emma, à quel point sa blessure était sérieuse. C’est pourquoi je suis allée voir l’arbitre pour lui poser la question, a expliqué la Québécoise. C’est seulement dommage que ce soit arrivé à ce moment, quand j’avais le momentum. Mais ça fait partie du tennis. »

Leylah, qui vit en Floride depuis quelques années, ne sait pas si elle reviendra bientôt à Montréal pour célébrer son parcours de rêve à New York avec les Québécois qui ont suivi ses exploits depuis quelques jours. 

« Je dois parler de la suite avec mon équipe, a-t-elle dit. Pour l’instant, le prochain tournoi à mon horaire est Indian Wells (au début octobre). »

Avec la quinzaine qu’elle vient de connaître, la nouvelle princesse du tennis sera assurément l’une des joueuses en vue en Californie.