/news/society
Navigation

Des opposants au passeport sanitaire défilent

Coup d'oeil sur cet article

Des milliers de manifestants anti-passeport vaccinal ou anti-vaccin ont défilé samedi dans les rues du centre-ville de Montréal pour dénoncer une mesure qu’ils jugent «liberticide».

• À lire aussi: COVID-19: vaccins et infections naturelles, un équilibre à trouver

• À lire aussi: Deux semaines après la rentrée, la COVID déjà présente dans une école sur cinq

• À lire aussi: Militants antivaccin: vigilance accrue de la police près des écoles

«On peut pas obliger quelqu’un à se mettre de quoi dans les veines. C’est une connerie sur toute la ligne», jugeait Marc Cousineau, qui n’en était pas à sa première manifestation. 

Autour de lui, plusieurs remettaient en doute la sûreté du vaccin, la gravité de la COVID-19, ou même encore le bilan officiel de la Santé publique, sans pouvoir appuyer leurs dires de sources crédibles. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Faux virus! Fausse maladie! Fausse pandémie!», résumait une pancarte. 

Pendant ce temps, on recensait 995 nouveaux cas, 11 hospitalisations de plus et 4 nouveaux décès samedi, au Québec, pour un total de 11 301 morts. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Un débat

D’autres participants, plus nuancés, réclamaient un débat public sur cette mesure qui empêche l’accès à certains lieux – bars, restaurants, gyms – aux gens non adéquatement vaccinés. 

«Quand est-ce qu’on a entendu des gens discuter des pour et des contre?», demandait Daniel Bergeron, un vendeur de pièces d’auto venu de Mirabel pour exprimer son désaccord. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Profitant du mécontentement envers le passeport vaccinal, Dave Labrecque, lui, vendait des t-shirts arborant un interdit de code QR et «#librechoix» imprimé à l’arrière pour 20$. 

Il était convaincu de pouvoir écouler ses 240 exemplaires. «À chaque manif, j’en fais plus», a-t-il dit. 

Bombe fumigène

Organisée par Mel Goyer, figure en vue du milieu complotiste, la manifestation réclamait aussi la levée de l’état d’urgence sanitaire et «la fin définitive de la propagande médiatique», selon l’événement Facebook. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Samedi matin, près de 4000 personnes avaient indiqué vouloir y participer. 

Chose certaine, des candidats aux élections fédérales du Parti populaire du Canada de Maxime Bernier et du Parti libre du Canada ont pris part au rassemblement. 

Ils étaient parmi la foule bigarrée qui a défilé sans discontinuer sur la rue Sainte-Catherine avant de remonter vers le nord pour longer le parc Lafontaine et redescendre la côte Berri. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«C’est décourageant de voir que tant de monde n’a pas compris la nécessité de se faire vacciner», faisait remarquer André Graveline, attablé à une terrasse. 

En soirée, la police de Montréal faisait état de deux infractions criminelles commises lors de la manifestation, soit un «objet incendiaire» lancé sur le toit d'un immeuble résidentiel, puis un incendie criminel déclenché dans une toilette chimique. 

En fin d’après-midi, le Service de police de la Ville de Montréal ne signalait aucun débordement.

À VOIR AUSSI