/sports/tennis
Navigation

Fernandez s’incline en finale des Internationaux des États-Unis

Malgré la douleur de la défaite, Leylah quitte New York la tête haute

TENNIS-US-OPEN-2021
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Même les plus belles histoires ont une fin. Celle de Leylah Fernandez aux Internationaux des États-Unis s’est conclue samedi par un revers de 6-4 et 6-3 en finale, alors qu’elle tentait de devenir la première Québécoise à soulever un trophée du Grand Chelem. 

• À lire aussi: Leylah Fernandez reçoit les éloges de la reine

• À lire aussi: Internationaux des États-Unis: l’autre Cendrillon

• À lire aussi: Leylah Fernandez, une ambassadrice formidable pour Montréal

La Britannique Emma Raducanu, 18 ans et 150e mondiale, a donc été couronnée reine du bal dans le plus grand stade de tennis au monde. 

Mais le parcours Cendrillon de Leylah, qui a fait tomber quatre favorites au cours de la quinzaine, résonnera longtemps à New York. 

TENNIS-US-OPEN-2021
Photo AFP

Tout comme cette déclaration, qu’elle a tenu à faire sur le terrain en ce 11 Septembre, alors que Mary Joe Fernandez avait terminé son interview : « J’espère que je pourrai être aussi forte et résiliente que New York l’a été au cours des 20 dernières années. Merci de m’avoir soutenue tout au long du tournoi ».

Résiliente, la joueuse de 19 ans l’aura été au cours de ces deux dernières semaines. Arrivée à Flushing Meadows en tant que 73e mondiale, Fernandez a éliminé coup sur coup la troisième, la 16e, la cinquième et la deuxième favorite, avant d’être battue en finale par Raducanu. 

1,25 million $ US 

Et même si la défaite fait mal, ce parcours magique lui permet de mettre la main sur un chèque de 1,25 million $ US, soit près du double de ses gains de 786 772 $ en carrière. 

Et sur le 28e rang de la WTA, lorsque paraîtra le nouveau classement, lundi. 

TENNIS-US-OPEN-2021
Photo AFP

Quant à Raducanu, l’autre surprise de ce US Open, elle devient la première qualifiée de l’ère moderne, hommes et femmes confondus, à remporter un titre majeur. 

Un exploit hors norme pour cette petite Britannique qui n’avait disputé que six matchs sur la WTA avant de se présenter aux qualifications à New York. 

Grâce à sa performance magistrale – elle n’a perdu aucune manche en 10 matchs –, elle empochera 2,5 M$ US et pointera au 23e rang mondial, lundi. 

Adversaire dangereuse

Même si, au classement, elle était la favorite de cette finale, c’était le match de tous les dangers pour Fernandez. Il lui fallait maintenir la même détermination que face aux grandes têtes de série qu’elle avait fait tomber. 

À voir la Lavalloise s’embourber dans son premier jeu au service – elle a fini par être brisée à la sixième occasion –, on a vite compris que la bataille serait difficile. Et que son adversaire n’avait pas froid aux yeux, elle non plus. 

Emma Raducanu et Leylah Fernandez ont témoigné leur respect une envers l’autre au terme de la finale à Flushing Meadows, samedi.
Photo AFP
Emma Raducanu et Leylah Fernandez ont témoigné leur respect une envers l’autre au terme de la finale à Flushing Meadows, samedi.

« Ce sera dur de me remettre de cette journée, mais Emma a très bien joué, a commenté Leylah. Et je suis vraiment fière de ce que j’ai fait ces deux dernières semaines. »

Au quatrième jeu, Fernandez a retrouvé son beau jeu d’attaque. Elle a brisé à son tour la puissante et athlétique Raducanu.

Cette dernière a toutefois profité des largesses de la Québécoise à 5-4 pour filer avec la manche. 

De retour... avec le trophée

Au deuxième set, Fernandez a réussi le bris la première, à 2-1. Mais la Britannique lui a rendu la pareille au jeu suivant. 

Peut-être fatiguée par tous les matchs en trois manches qu’elle a disputés dans les derniers jours, la jeune joueuse n’a plus semblé la même. Fernandez a de nouveau subi le bris au sixième jeu. 

TENNIS-US-OPEN-2021
Photo AFP

Elle a bien obtenu une balle de bris quand Raducanu était au service pour le match. Mais la qualifiée a chuté sur la séquence et son égratignure à la jambe s’est mise à saigner. Elle a donc pu bénéficier d’une pause médicale de trois minutes.

Fâchée de cette permission de l’arbitre, la Québécoise a argumenté avec elle pendant de longues minutes. À la reprise, Raducanu a sauvé la balle de bris puis a filé avec le titre, sur un as. 

TENNIS-US-OPEN-2021
Photo AFP

Cette finale était la plus jeune disputée à New York depuis 1999. Deux étoiles sont nées au cours de cette quinzaine. Malheureusement, une seule pouvait être couronnée.

« J’espère être de retour en finale à New York un jour. Et cette fois, avec le trophée ! » a lancé Leylah, sourire en coin, à la foule new-yorkaise qu’elle a tant charmée.