/news/world
Navigation

La panique et la peur racontées par un architecte québécois

Daniel Laporte a été l’un des premiers à voir le premier avion percuter la tour nord du World Trade Center

L’architecte québécois Daniel Laporte a vu New York changer après le 11 septembre 2001.
Photo Olivier Bourque L’architecte québécois Daniel Laporte a vu New York changer après le 11 septembre 2001.

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Un architecte québécois qui fait carrière à New York a probablement été l’un des premiers à voir l’avion encastré dans la tour jumelle nord du World Trade Center (WTC).   

• À lire aussi: Où étiez-vous il y a 20 ans?

• À lire aussi: Garder son sang-froid dans le chaos du 11 septembre: «Mon mandat était de protéger les Québécois»

« Il faisait beau, j’avais fait marcher le chien. Ma mère était en visite chez moi. Je venais de rentrer et soudainement j’entends un bruit, un claquement, comme un marteau piqueur. C’était le premier avion qui passait au-dessus de nos têtes », raconte Daniel Laporte au Journal

Spontanément, il a lâché son café, s’est dirigé vers le balcon de son appartement du quartier SoHo et a vu un immense trou entouré par des flammes dans la tour.  

« Ça venait d’arriver, quatre secondes auparavant. On ne pouvait pas savoir sur le coup ce qui se passait. Je suis resté là plusieurs minutes. Puis, j’ai vu en direct le deuxième avion arriver et la grosse boule de feu. Là, tu entres dans l’adrénaline comme jamais », raconte-t-il. 

Pendant un certain temps, le système téléphonique ne fonctionnait pas. Mais lorsque les New-Yorkais ont pu appeler à nouveau, il y a eu plusieurs rumeurs. 

« C’était vraiment la panique, les gens nous appelaient et nous disaient toutes sortes de choses. On avait vraiment peur », relate M. Laporte. 

Son quartier menacé 

La rumeur la plus persistante était que l’effondrement des tours avait provoqué un immense feu qui remontait vers le nord et menaçait de raser SoHo. 

« On pensait vraiment que le feu s’en venait. J’ai rapidement fermé l’alimentation en gaz. J’avais serré une mallette où j’avais des documents importants. Finalement, j’ai attendu avec ma mère à la maison et rien de tout cela ne s’est produit », explique-t-il. 

Pendant des heures, plusieurs New-Yorkais se sont retrouvés sur leur toit pour voir l’épais panache de fumée. 

Lenny Kravitz sur le toit

« Je restais à côté d’un hôtel où il y avait des célébrités. Il y a même le chanteur Lenny Kravitz qui est venu sur le toit de notre immeuble. [...] C’est un événement qui a rapproché tout le monde », dit-il. 

M. Laporte a finalement quitté la Grosse Pomme le lendemain. Sa mère et lui ont rejoint sa conjointe de l’époque au New Jersey, direction Montréal. 

Une semaine plus tard, lorsqu’il est revenu à New York, il a constaté la solidarité des citoyens. 

« New York avait changé. Il y a eu un avant et un après. Tout le monde s’aidait, faisait à manger, tout le monde a arrêté la folie pour aider les autres », constate-t-il. 

« C’est ce qui m’a fait aimer la ville. »  

« Il y a même eu un baby-boom, ma fille est née l’année suivante », ajoute-t-il.