/weekend
Navigation

«Ghost of Tsushima»: sublime!

Ghost of Tsushima - Director's Cut
Photo courtoisie, Sucker Punch

Coup d'oeil sur cet article

On croyait l’exploit impossible. Mais Sony a bel et bien réussi à rendre son Ghost of Tsushima encore plus léché, plus poli et, en un mot, meilleur, avec un Director’s Cut lancé le mois dernier.

On l’avoue, l’annonce d’une réédition du superbe Ghost of Tsushima, accompagnée de l’étiquette Director’s Cut, nous a initialement fait sourciller. Après tout, l’offrande originelle lancée il y a à peine plus d’un an était déjà presque irréprochable, en faisant l’un des meilleurs jeux lancés en 2020. 

Pourquoi ? D’abord pour sa reconstitution historique franchement impressionnante. L’équipe du studio américain Sucker Punch a fait preuve d’une infinie minutie afin de recréer le Japon féodal qu’on y explore à notre guise dans ce monde ouvert. 

Ghost of Tsushima - Director's Cut
Photo courtoisie, Sucker Punch

L’intrigue, solide, y est également pour beaucoup. On a ici su l’articuler autour d’événements véridiques, mais prenant la liberté de les bistourner ça et là à des fins narratives. 

L’équilibre entre les faits et la fiction est parfait dans cette aventure où on se glisse dans la peau de Jin Sakai, samouraï du 13e siècle. Au lendemain d’une invasion mongole ayant décimé son peuple et rendu son oncle prisonnier, il doit tenter de recruter les guerriers survivants afin de libérer l’otage du château ennemi. 

Ghost of Tsushima - Director's Cut
Photo courtoisie, Sucker Punch

Contenu additionnel

Alors de quoi relève ce Director’s Cut ? En fait, cette réédition s’apparente davantage à une expansion de l’original (ou DLC, dans le jargon vidéoludique), offrant une poignée de nouveautés (dont un chapitre additionnel) et quelques ajustements technologiques. 

C’est donc davantage les propriétaires de PlayStation 5 qui sont aujourd’hui gâtés, Sucker Punch ayant optimisé certains aspects de Ghost of Tsushima en fonction de la nouvelle génération de console de Sony. 

Primo, la technologie de retour haptique, caractéristique principale de la manette DualSense, est maintenant exploitée comme elle se doit. On sent désormais la manette ronronner sous nos doigts au rythme du galop de notre monture, ou des flèches décochées vers nos ennemis. Pour certains, il s’agira d’une pacotille, mais ce changement permet de rendre l’expérience plus immersive et complète.

Même chose pour le son tridimensionnel, davantage perceptible à travers le casque d’écoute, qui nous plonge en plein cœur de l’action, et le rendu visuel encore plus précis et éclatant en 4 K. 

Ghost of Tsushima - Director's Cut
Photo courtoisie, Sucker Punch

La puissance au service

Autre fait non négligeable, la puissance de la PlayStation 5 permet ici de réduire considérablement les temps de chargement. Certes, tous les jeux bénéficient d’une transition plus fluide entre ses chapitres, mais l’impact est encore plus important dans des cas comme Ghost of Tsushima, où l’intrigue est aussi détaillée et cruciale.

Pour les propriétaires de PlayStation 4, soit la génération précédente de console, l’attrait principal de cette réédition résidera alors dans un chapitre supplémentaire nous permettant d’explorer l’île d’Iki, où le père de Jin Sakai a perdu la vie. Cet ajout s’imbrique étonnamment bien dans l’intrigue principale, permettant de faire le pont entre le passé de notre héros et son présent.

Bref, Sucker Punch nous offre ici l’occasion rêvée de (re) plonger dans ce petit bijou vidéoludique, plus irrésistible et raffiné qu’avant. Alors, pourquoi s’en priver ? 

  • Ghost of Tsushima : Director’s cut (4,5/5)  

Présentement disponible sur PS4 et PS5.