/finance/business
Navigation

De plus en plus de centres de données au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Grâce à ses nombreux atouts, le Québec est devenu un endroit prisé par les centres de données, où sont emmagasinées les informations numériques de partout dans le monde.

Entre 2019 et 2021, le nombre de centres de données dans la province est passé de 39 à 50.

Les Microsoft, Facebook, Amazon et Google de ce monde ont choisi le Québec pour l’énergie verte, les coûts des ressources et les températures douces. En effet, les serveurs doivent être conservés à 21 degrés Celsius.

La pandémie et le télétravail ont fait exploser les besoins que ce soit pour faire des visioconférences ou la publication de photos sur les réseaux sociaux.

«La demande n'arrêtera pas d'ici demain matin. Le commun des mortels utilise tous les jours les centres de données, donc vous avez juste à penser à vos applications sur votre cellulaire», a indiqué le directeur général de Vantage Canada, Maxime Guévin, en entrevue à TVA Nouvelles.

Prioriser la sécurité 

Et avec des données aussi sensibles, la sécurité est primordiale. 

Afin de protéger ses agents, Vantage Canada s’est assuré qu’aucun contact physique ne soit possible avec ceux-ci. Un tiroir a donc été spécialement aménagé afin d’empêcher quiconque de pointer une arme sur un agent de sécurité.

«En plus de ça, dans les murs ici il y a des... grillages métallisés pour s'assurer que personne ne puisse passer via le mur et les vitres sont des vitres anti-intrusion», explique Maxime Guévin.

Des centres énergivores 

Chez Vantage Canada, les quatre salles de serveurs consomment annuellement l'équivalent de 10 000 résidences familiales. Au niveau mondial, l'empreinte carbone de ce secteur est immense.

«C'est 3,5% des émissions de gaz à effets de serre et c'est deux fois plus que le secteur de l'aviation» admet Maxime Guévin.

Vantange Data Centers, qui a déjà investi plus de 850 millions de dollars dans ses installations québécoises, prévoit bientôt des expansions. Elle souhaite également devenir carboneutre d'ici 2030.