/news/provincial
Navigation

[EN IMAGES] Voici 10 moulins artisanaux de la Capitale-Nationale et de Charlevoix encore existants

Coup d'oeil sur cet article

Lieux de production mais aussi de résidence, les moulins artisanaux ont été un point de repère important pour nos ancêtres. Le rôle socioéconomique qu’ils ont joué dans les communautés a été primordial. Certains d’entre eux sont encore sur pied aujourd’hui.

1) Le moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec   

Moulin à vent de l’hôpital général sur le boulevard Langelier, 1905. BAnQ Québec (P546, D1, P55).
Photo Fred C. Würtele
Moulin à vent de l’hôpital général sur le boulevard Langelier, 1905. BAnQ Québec (P546, D1, P55).

Le moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec est le dernier représentant des moulins à vent érigés à Québec pendant le régime seigneurial.

Au début du XVIIIe siècle, les augustines de l’Hôpital général font construire un moulin à eau à proximité de la rivière Saint-Charles. En 1710, puisque le premier moulin ne suffit plus à la demande, les religieuses font construire également un moulin à vent. 

La construction du moulin à vent actuel est réalisée en 1730. L’édifice a pu être utilisé comme ouvrage de défense en 1759: une fenêtre a été bouchée pour former une meurtrière. Il est également possible qu’il ait servi de refuge à la population pendant la guerre.

Plusieurs incendies endommageront le moulin au fil du temps. C’est probablement lors de l’incendie de 1805 qu’il perd ses ailes et son toit pivotant. Dans les années 1940, le moulin est menacé de démolition. Trente ans plus tard, le ministère des Travaux publics procède à sa restauration et crée le parc du Petit-Moulin. En 1998, la Ville de Québec devient propriétaire des lieux et aménage le parc du Moulin-de-l'Hôpital. Le moulin est restauré par la Ville en 2013.

2) Le moulin Gosselin, à Saint-Laurent-de-l'Île-d'Orléans  

Moulin Gosselin à Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans, vers 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P809).
Photographe non identifié
Moulin Gosselin à Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans, vers 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P809).

Le moulin de Saint-Laurent a probablement été construit au début du XVIIIe siècle. À l’époque, il servait à moudre le grain des habitants du côté sud de l’île. Le bâtiment possède une particularité intéressante: la cage pour la roue est dégagée du carré original et s’avance en façade.

Après avoir été longtemps la propriété de la seigneurie de l'île d'Orléans et de la famille Drapeau, le moulin est acheté en 1858 par François Gosselin, lequel l’exploite jusqu’au début des années 1920. À la suite de l’arrêt des opérations, les mécanismes sont dispersés. Le bâtiment demeure à l’abandon jusqu’au milieu des années 1950; c’est à ce moment que Paul Lacroix, un peintre et sculpteur de Québec, en fait l’acquisition et y établit son atelier.

En 1963, monsieur et madame Van Veen achètent la propriété et procèdent à sa transformation intérieure. Ils en font d’abord une salle de concert et, plus tard, un restaurant. 

La famille Prémont-Lachance acquiert le bâtiment en 1986. Au fil du temps, elle effectue plusieurs travaux de rénovation pour en garder l’authenticité. 

3) Le moulin à eau du Petit-Pré, à Château-Richer   

Le moulin du Petit-Pré à Château-Richer, vers 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P171).
Photographe non identifié
Le moulin du Petit-Pré à Château-Richer, vers 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P171).

Situé au 7007, avenue Royale, à Château-Richer, ce moulin à eau est l’un des derniers du Québec. C’est aussi l’un des plus vieux moulins à farine à vocation commerciale en Amérique du Nord. Vestige de la Nouvelle-France, le moulin du Petit-Pré a ravitaillé la ville de Québec en farine durant plus de deux siècles.

La construction du moulin commence en 1695 sous l’égide de Mgr François de Montmorency-Laval. Au début, il sert principalement à moudre le blé des bourgeois commerçants de Québec, mais il devient rapidement un complexe industriel important. En plus du moulin, l’ensemble contient un bâtiment secondaire érigé en 1698, des hangars, des écuries, des greniers, un grand magasin à blé et une grange.

Localisé aux abords de la rivière du Petit-Pré, le moulin était pourvu d’un barrage ainsi que d’un trottoir d’eau utilisés pour acheminer les eaux de la rivière jusqu’à ses engrenages. Incendié par les forces britanniques de Wolfe lors de la Conquête, le bâtiment a été aussitôt reconstruit par le Séminaire de Québec en raison de son caractère essentiel pour l’économie de la colonie. 

Après des efforts de mise en valeur à des fins touristiques en 2002, le moulin est aujourd’hui une propriété privée.   

4) Le site patrimonial du Moulin-de-Beaumont  

Moulin de Beaumont, vers 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P39).
Photographe non identifié
Moulin de Beaumont, vers 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P39).

Le moulin de Beaumont est construit en 1821 dans la partie est de la municipalité du même nom, au confluent du ruisseau Beaumont et du fleuve Saint-Laurent. Il fait partie du site patrimonial du Moulin-de-Beaumont, un ensemble préindustriel aménagé à partir de 1744. 

Cet ensemble est composé du moulin, d’un barrage, d’un réservoir et de son canal de dérivation, de la maison du meunier, du site archéologique comprenant des vestiges du moulin Péan (qui date du XVIIIe siècle) ainsi que d’un chemin d’accès menant à ce dernier. Le site patrimonial du Moulin-de-Beaumont présente un relief varié, notamment un plateau surélevé où coule un ruisseau, une falaise traversée par une chute et une route menant à la rive. 

À l’origine, le moulin était utilisé pour carder et fouler la laine. À la suite de l’abandon du moulin Péan, situé au bas de la falaise, le moulin de Beaumont a été transformé en moulin à farine et à scie au milieu du XIXe siècle.

5. Le moulin Marcoux, dans la municipalité de Pont-Rouge  

Moulin Marcoux à Pont-Rouge, vers 1915. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D351, P13R).
Photo Pinsonneault Édit, Trois-Rivières
Moulin Marcoux à Pont-Rouge, vers 1915. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D351, P13R).

Le moulin Marcoux est construit entre 1870 et 1872 par le maître maçon Alphonse Marcotte. Il est situé aux abords de la rivière Jacques-Cartier, dans la municipalité de Pont-Rouge. 

Joseph-David Marcoux en fait l’acquisition en 1885. Il en restera propriétaire jusqu’à sa mort, en 1899. Le moulin sert d’abord à moudre le grain des agriculteurs de Pont-Rouge et de la région environnante. Mais au tournant du XXe siècle, cette activité traditionnelle connaît un déclin important. Désuet, le bâtiment est transformé en salle de spectacle et de cinéma pendant la Première Guerre mondiale. Il sera toutefois fermé par le clergé local, qui appréhende des désordres moraux. C’est à cette époque que le moulin est privé de ses engrenages. 

En 1926, il est acquis par la Donnacona Paper, qui devient plus tard la société Domtar. Le moulin sert alors d’entrepôt et d’atelier de menuiserie. Au début des années 1970, on veut le démolir. Cependant, des citoyens de Pont-Rouge, conscients de sa valeur historique, mettent sur pied la Corporation du vieux moulin Marcoux. Celle-ci acquiert le bâtiment en 1974, puis elle entame sa restauration. Aujourd’hui, le moulin a retrouvé sa vocation culturelle. Il abrite désormais une salle d’exposition et une salle de spectacle.

6) Le moulin de La Chevrotière, à Deschambault   

Le moulin de la Chevrotière à Deschambault, 1943. BAnQ Québec (E6, S7, SS1, P23715).
Photo Herménégilde Lavoie
Le moulin de la Chevrotière à Deschambault, 1943. BAnQ Québec (E6, S7, SS1, P23715).

Le moulin de La Chevrotière est un moulin à eau bâti en 1802. Situé en retrait de la route 138, il longe l’ancien tracé du chemin du Roy, dans la municipalité de Deschambault-Grondines.

Le moulin s’élève sur le territoire de l’ancienne seigneurie de Deschambault. En 1674, François Chavigny acquiert cette seigneurie en échange d’une terre de l’île d'Orléans qui appartenait à sa mère.

Chavigny entreprend rapidement la construction d’un moulin en bois. En 1766, la seigneurie fait ériger un moulin en pierre. Lors de la construction du moulin actuel, en 1802, celui de 1766 est transformé en écurie.

Le moulin reste entre les mains de la famille Chavigny pendant plus d’un siècle, puis Louis Gariépy acquiert certaines des parts en 1837. En 1922, un nouveau meunier, Arthur Goudreau, installe une génératrice et ajoute un moulin à scie. Le moulin cesse ses activités en 1955.

7) Le moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres   

Moulin à farine de L’Isle-aux-Coudres, 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P191).
Photographe non identifié
Moulin à farine de L’Isle-aux-Coudres, 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P191).

Le moulin à eau de L’Isle-aux-Coudres est un moulin à farine construit en 1826, à la suite d’une permission accordée par le Séminaire de Québec afin de répondre aux requêtes des habitants de l’île. Il est érigé sur le bord de la rivière Rouge, à l’extrémité ouest de l’île, dans la municipalité de L'Isle-aux-Coudres.

C’est Alexis Tremblay qui supervise les travaux. Il en assume aussi les coûts et, en compensation, le Séminaire lui accorde l’usage du moulin jusqu’en 1840. Il l’exploite jusqu’en 1850, date à laquelle le Séminaire se défait de sa propriété.

Par la suite, plusieurs meuniers se succèdent. Au début du XXe siècle, Étienne Bouchard transforme le bâtiment en moulin à scie. En 1920, on y effectue des travaux de rénovation. On y ajoute un étage, la maison est rehaussée, un poulailler est greffé au mur sud-est, et quelques annexes ainsi qu’une boutique de forge sont construites à l’arrière. Vers 1945, le moulin fonctionne à la demande. Il cesse ses opérations quelques années plus tard. Aujourd’hui, il est possible de visiter ce site patrimonial.

8) Le moulin à vent de L'Isle-aux-Coudres   

Moulin à vent sur L’Isle-aux-Coudres, 29 avril 1978. BAnQ Québec (E10, S44, SS1, D78-370, PC3).
Photo Marc Lajoie
Moulin à vent sur L’Isle-aux-Coudres, 29 avril 1978. BAnQ Québec (E10, S44, SS1, D78-370, PC3).

Le moulin à vent de L'Isle-aux-Coudres est un moulin à farine construit en 1836 dans la seigneurie du même nom, propriété du Séminaire de Québec depuis 1687. Il est érigé à proximité du moulin à eau, avec des matériaux provenant du premier moulin à vent de l’île. Celui-ci a été construit à la Pointe de l'Islet en 1762, puis démantelé en 1830.

Le bâtiment est situé aux abords du chemin du Moulin, à l’extrémité ouest de l’île, dans la municipalité de L'Isle-aux-Coudres.

Le moulin à vent est d’abord conçu avec une hélice à quatre ailes. À une époque indéterminée, on le modifie pour qu’il en porte six. La Commission des monuments historiques, qui entreprend de grands travaux de restauration en 1945, lui redonnera une hélice à quatre ailes.  

9) Le moulin banal des Éboulements  

Manoir seigneurial et moulin banal, Les Éboulements, vers 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P336).
Photographe non identifié
Manoir seigneurial et moulin banal, Les Éboulements, vers 1925. BAnQ Québec (P600, S6, D5, P336).

Construit en 1790 par le seigneur Jean-François Tremblay sur la rivière du Moulin, le moulin à farine des Éboulements possède toujours son aspect et ses mécanismes d’origine. Avec le manoir seigneurial qui subsiste à proximité, il représente l’un des derniers ensembles seigneuriaux du Québec ayant conservé leur authenticité au fil du temps. Il figure aujourd’hui parmi les derniers moulins du Québec encore en activité, et c'est le dernier encore habité par son meunier.

Répondant dans un premier temps à une obligation seigneuriale, le moulin des Éboulements a aussi une fonction résidentielle qui se poursuit comme une tradition. Si le passage de toutes les familles occupantes est documenté, la présence des Tremblay pendant près de 70 ans a marqué l’histoire du moulin. Henry-Paul Tremblay achète le moulin en 1948 et en devient locataire à partir de 1962. Avec son épouse et ses enfants, il apporte une participation majeure au site et à sa fonction. Le moulin devient ensuite la propriété d’Héritage canadien du Québec, en 1962. Avec son concours, le moulin a été complètement restauré. Aujourd’hui, il est possible de visiter le site et d’y acheter de la farine.

10) Le Moulin de la Rémy, à Baie-Saint-Paul  

Moulin de la Rémy à Baie-Saint-Paul, vers 1945. BAnQ Québec (E6, S8, SS1, SSS275, D1162, PN3).
Photographe non identifié
Moulin de la Rémy à Baie-Saint-Paul, vers 1945. BAnQ Québec (E6, S8, SS1, SSS275, D1162, PN3).

Le Moulin de la Rémy est construit en 1826 pour le Séminaire de Québec. Il dessert l’arrière-pays de Baie-Saint-Paul. Le meunier et sa famille logent dans la partie sud du bâtiment. 

Au XIXe siècle, le premier meunier en fonction est Roger Bouchard. Plus tard, durant le XXe siècle, trois générations de Fortin s’y succèdent. En 1992, l’organisme Héritage Charlevoix achète le site.

Les opérations du moulin sont interrompues pendant quelques années, puis une importante restauration est réalisée à partir de 1997. Le moulin reprend ses activités en 2007. Encore opérationnel, il est muni de meules de pierre et d’une roue à eau fonctionnelle de 24 pieds; c’est la plus grande au Québec. Le site est accessible au public et on y offre des visites guidées.

Un texte de Catherine Lavoie, technicienne en documentation, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.  

  • Vous pouvez consulter la page Facebook de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en cliquant ici, et son site web en vous rendant ici.  
  • Vous pouvez également lire nos textes produits par la Société historique de Québec en cliquant ici.   

Références      

  • «Moulin à vent de l’Hôpital-Général-de-Québec», Ville de Québec [en ligne].    
  • «Historique du bâtiment», Le Moulin de St-Laurent [en ligne].    
  • «Moulin du Petit-Pré», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].    
  • «Moulin de Beaumont», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].     
  • «Site patrimonial du Moulin-de-Beaumont», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].    
  • «Moulin Marcoux», Ville de Pont-Rouge [en ligne].    
  • «Moulin Marcoux», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].    
  • «Moulin de La Chevrotière», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].     
  • «Moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].     
  • «Moulin à vent de L'Isle-aux-Coudres», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].    
  • «Site patrimonial du Moulin-à-vent-de-L'Isle-aux-Coudres», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].     
  • «Moulin banal des Éboulements», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].       
  • «Moulin de la Rémy», Répertoire du patrimoine culturel du Québec [en ligne].