/news/politics
Navigation

Lévis doit travailler avec Québec

Le parti municipal Repensons Lévis ferait la paix avec sa voisine pour être considéré par les gouvernements

Le chef de Repensons Lévis, Elhadji Mamadou Diarra, a tenu une conférence de presse, dimanche matin, pour présenter son équipe.
Photo Didier Debusschère Le chef de Repensons Lévis, Elhadji Mamadou Diarra, a tenu une conférence de presse, dimanche matin, pour présenter son équipe.

Coup d'oeil sur cet article

La formation politique Repensons Lévis croit qu’il faudra rebâtir un lien « humain et politique fort » avec la Ville de Québec pour que Lévis puisse croître et être prise au sérieux par les autres paliers de gouvernement.

« Ces dernières années, la relation que Lévis entretenait avec Québec s’est dépréciée. Il faut recréer un lien humain et politique fort. C’est capital », a indiqué le chef du parti, Elhadji Mamadou Diarra, en conférence de presse, dimanche matin. 

Cette formation politique, qui vise à reprendre les rênes de la Ville à l’issue des élections municipales du 7 novembre, croit que Lévis « ne peut pas être considérée à sa juste valeur auprès des autres paliers de gouvernement si elle fait bande à part ». 

M. Diarra estime que la Vieille Capitale et Lévis ont les mêmes intérêts, notamment quant au troisième lien, et que toutes deux gagneraient donc à travailler main dans la main.

Économie, climat et démocratie

Repensons Lévis et ses 16 candidats comptent aussi bâtir le Lévis de demain en dotant la ville de la plus grande plateforme d’économie circulaire en Amérique du Nord. 

Le parti dit également placer la responsabilité climatique au cœur de ses idéaux ; notamment en revitalisant l’ensemble des quartiers, en optimisant la mobilité durable et en préservant les milieux naturels.

Mais M. Diarra est bien conscient que pour aspirer au pouvoir de la Ville, il devra avant tout mobiliser la population à aller voter. Lors des dernières élections, en 2017, seulement 36 % des citoyens en âge de voter s’étaient présentés aux urnes.  

« Dix des quinze candidats des dernières élections ont été élus par acclamation, par manque d’opposition. [...] C’est sûr que ça ne favorise pas la participation », a-t-il commenté. 

Transparence

Elhadji Mamadou Diarra a également profité de sa sortie publique pour envoyer une flèche à l’équipe du maire sortant, Gilles Lehouillier. D’après lui, les décisions sont actuellement prises « à huis clos », à l’insu des citoyens.

« À l’Hôtel de Ville, en ce moment, c’est opaque. Les gens ne sont pas au courant de grand-chose. Nous, on va offrir de la transparence, on va travailler avec la population », a lancé le chef de Repensons Lévis.

Pour ce faire, ce dernier affirme que les décisions seront prises à la suite de séances de consultation.

À l’inverse de ce qui se fait en ce moment, comme on informe les Lévisiens quand la décision est déjà prise, dit-il.