/entertainment/tv
Navigation

Nostalgie télé: Hugo Girard amoureux des jeux-questionnaires

Nostalgie télé: Hugo Girard amoureux des jeux-questionnaires
PHOTO COURTOISIE CASA

Coup d'oeil sur cet article

Depuis longtemps, Hugo Girard travaille à développer ses muscles. Et le cerveau en fait partie. Une bonne façon de l’entraîner a été, pour lui, de regarder des jeux-questionnaires télévisés. 

Hugo, quelles émissions vous ont marqué lorsque vous étiez jeune?

«Génies en herbe», parce qu’il y avait un aspect éducatif vraiment présent. On écoutait des choses et essayait de répondre aux questions. Ça m’a toujours fasciné. C’était un bon endroit pour tester tes connaissances. «Les Satellipopettes», ça me faisait un peu penser à ça, avec un jeu de rapidité. Il fallait que tu sois vif d’esprit et que tu aies des connaissances aussi. J’étais quand même jeune et je trouvais ça divertissant avec l’aspect robot. Et «Relevez le défi», parce qu’on a passé des choses que je ne pensais jamais qu’elles existaient. On a découvert des gens avec des talents vraiment spéciaux et c’était vraiment divertissant.

Y a-t-il un personnage ou un animateur qui vous a influencé à faire de la télé?

Honnêtement, je n’avais jamais pensé faire de la télé. Il y avait un côté voyeur ou fanatique de voir des gens à qui je pouvais m’identifier et qui passaient à la télé comme participants. Ce n’était pas l’animation [qui m’intéressait], c’était de sentir que c’étaient des jeunes comme moi qui testaient leurs talents ou leurs connaissances. Dans le cas de «Relevez le défi», je me demandais ce que j’aurais pu faire pour aller là.

Qu’aviez-vous comme idée?

C’était relié à la force, à ce que je pouvais soulever. À un moment donné, j’avais pensé à aller faire des «curls» avec 150 livres dans chaque bras. J’étais capable, mais je n’avais pas encore l’assurance nécessaire pour y aller.

À «Génies en herbe», quelle catégorie de questions aimiez-vous le plus?

Je suis quelqu’un de curieux dans la vie. S’il y avait des catégories où je ne me débrouillais pas très bien, elles n’étaient pas dépourvues d’intérêt. Si tu ne le sais pas quand on pose la question, tu vas le savoir quand on donne la réponse.

Étiez-vous intéressé par les dessins animés diffusés le matin?

Ça m’intéressait, mais c’étaient plus les bandes dessinées qui m’animaient beaucoup. Les bonshommes étaient musclés et ressemblaient à l’image que je me faisais des superhéros. Étant donné que j’avais à peu près deux postes télé où j’habitais [sur la Côte-Nord, NDLR], j’étais pas mal limité [...] Il y avait Capitaine America, Conan le barbare, l’incroyable Hulk...

Êtes-vous toujours stimulé par les jeux-questionnaires?

Oui, mais je n’ai pas l’habitude de m’asseoir devant la télé et d’écouter une émission parce que je n’ai pas le temps. Mais j’adore les documentaires et les jeux-questionnaires, avec tout ce qui peut me faire avancer et réfléchir... Le cerveau est un muscle et on doit l’entraîner.

Voudriez-vous animer un jeu-questionnaire?

J’adorerais ça! Ce qui est le fun, c’est qu’il y a toujours un côté humoristique. Il y a un côté sérieux où on apprend, mais c’est quand même détendu et c’est ce que j’aime de ce genre d’émission.

Hugo Girard anime «La force d’un village» en compagnie de Saskia Thuot, le lundi à 19 h 30, sur CASA. Son rendez-vous culinaire «BBQ non-stop avec Hugo Girard» et son aventure voyage «Bienvenue aux touristes» sont quant à eux respectivement rediffusés à Zeste et Évasion.