/opinion/faitesladifference
Navigation

Trop, tout de suite et pas longtemps!

Coup d'oeil sur cet article

Trop, tout de suite et pas longtemps, voilà les mots qui me viennent en tête lorsque je pense à mes élèves en ce début d’année scolaire. 

J’enseigne aux enfants de la maternelle depuis quinze ans et même si la passion m’habite toujours autant, je dois admettre que je me sens de plus en plus essoufflée. Dans nos classes, les élèves veulent beaucoup de choses, immédiatement et pour une courte durée. 

Sans généraliser, je dirais que cette tendance s’étend de plus en plus et nuit grandement à la capacité d’attention et de concentration des élèves. Pourquoi se contenter de peu quand il y a plus ? Pourquoi patienter quand on obtient souvent ce que l’on désire dans la minute qui vient ?

Je partage avec vous une situation vécue qui illustre cette réalité :

En début d’année, nous accueillons les élèves par petits groupes accompagnés de leurs parents. Pendant la période de jeu dans la classe de ma collègue, un garçon trouve une bille dans son coffre à crayons. Il lui demande spontanément s’il peut l’apporter chez lui. Elle lui répond que non et lui demande de la déposer sur son bureau. La mère, qui entend la conversation, réplique qu’elle lui en achètera une sitôt la rencontre terminée !

Besoin et désir

Cet exemple percutant démontre l’importance de bien distinguer les termes besoin et désir. Se nourrir, se vêtir et dormir constituent des exemples de besoins primaires que l’on doit absolument combler pour assurer sa survie. Posséder une bille relève évidemment du désir et non d’un besoin.

La volonté de posséder un objet peut attendre ou ne jamais se réaliser, contrairement au besoin de boire ou de s’alimenter. Il importe que l’enfant puisse établir la différence entre ces deux notions aussitôt que possible. 

À l’école, les enfants papillonnent souvent d’un jeu à l’autre sans s’engager. À trop vouloir tout faire, ils ne font rien. Même avec de l’intérêt, du soutien et des encouragements, leur capacité d’attention et de concentration devient de plus en plus limitée.

À l’heure de la récréation, les élèves souhaitent devenir les champions de la corde à sauter sans pratiquer, ils désirent lancer un ballon comme des pros sans y investir le moindre effort. Ils aimeraient lancer une balle, tourner avec le cloche-pied, dessiner avec des craies, aller jouer au parc, et tout ceci, simultanément. Quel défi étourdissant !

Un modèle pour nos enfants

Soyons des modèles pour nos enfants en cultivant des valeurs telles que la patience, l’engagement et la persévérance. Cessons de les occuper aussitôt qu’ils s’ennuient sous prétexte qu’ils ne peuvent pas attendre. Arrêtons de répondre immédiatement à tous leurs désirs et valorisons les efforts plutôt que les résultats. Finalement, revenons à l’essentiel en cessant d’acheter toutes sortes de babioles qui ne durent qu’un instant ! 

En raison de leur niveau de développement, des comportements comme attendre son tour, s’engager dans une tâche et persévérer constituent des apprentissages normaux pour les enfants d’âge préscolaire. Néanmoins, ces aptitudes sont loin de se situer à la hauteur des capacités d’un enfant de cet âge actuellement. L’atteinte d’un but immédiat prime sur la qualité des efforts et du temps investis. Je rêve d’un jour où les mots trop, tout de suite et pas longtemps redeviennent peu, lentement et sûrement. N’oublions pas que chaque enfant a besoin d’un adulte bienveillant pour l’accompagner sur le chemin de ses apprentissages. Son rôle consiste à le guider vers la voie, non pas la plus rapide, mais sûrement la plus valorisante !

Véronique Dalpé, enseignante à la maternelle depuis 15 ans, nous incite à devenir des modèles pour nos enfants en cessant de répondre dans l’immédiat à tous leurs désirs.
Photo Pierre-Paul Poulin
Véronique Dalpé, enseignante à la maternelle depuis 15 ans, nous incite à devenir des modèles pour nos enfants en cessant de répondre dans l’immédiat à tous leurs désirs.

Véronique Dalpé
Enseignante préscolaire 5 ans
École des Primevères, Centre de services scolaire des Mille-Îles
Vice-présidente de l’Association d’Éducation préscolaire du Québec

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?