/world/middleeast
Navigation

Afghanistan: le vice-premier ministre taliban dément des rumeurs qui le disaient mort

Le vice-premier ministre taliban, Abdul Ghani Baradar
Photo d'archives, AFP Le vice-premier ministre taliban, Abdul Ghani Baradar

Coup d'oeil sur cet article

KABOUL | Le vice-premier ministre et cofondateur des talibans, Abdul Ghani Baradar, a publié lundi un message audio pour démentir des rumeurs qui le disaient mort ces dernières heures sur les réseaux sociaux.

• À lire aussi: Un homme veut prêter un appartement à des réfugiés afghans

• À lire aussi: Afghanistan: les talibans confirment qu'ils laisseront les femmes étudier, mais pas avec les hommes

• À lire aussi: Afghanistan: qui sont les talibans et que signifie le retour de la charia?

Le mollah Baradar, nommé la semaine dernière numéro deux du gouvernement mené par le mollah Mohammed Akhund, a dénoncé cette «fausse propagande» dans un message publié sur des comptes officiels talibans.

Les rumeurs concernant sa mort à la suite d’une fusillade entre clans talibans rivaux au palais présidentiel de Kaboul ont été reprises sur les réseaux sociaux, notamment en Inde, qui dénonce régulièrement l’ingérence de son rival pakistanais, très proche de certaines factions des talibans, dans les affaires afghanes.

«Des informations publiées dans les médias ont annoncé ma mort. J’étais ces derniers jours en déplacement. Et là où je suis en ce moment, nous allons bien, avec mes frères et mes amis», déclare le mollah Baradar dans ce message.

«Les médias diffusent toujours de la fausse propagande. En conséquence, je démens fermement tous ces mensonges et vous confirme à 100% que nous n’avons pas de différend ni de problème», ajoute-t-il.

D’autres rumeurs affirment régulièrement que le chef des talibans, le mollah Hibatullah Akhundzada, est mort depuis plusieurs années. S’il n’est pas apparu récemment en public, les talibans ont annoncé il y a deux semaines qu’il était à Kandahar, la grande ville du sud afghan, berceau historique du mouvement.

Des rumeurs circulant au Pakistan et en Afghanistan le disaient notamment malade de la COVID-19, ou tué dans un bombardement.

Le fondateur emblématique et premier leader des talibans, le mollah Omar, en fuite depuis la fin 2001, était mort en 2013. Les talibans avaient longtemps caché sa disparition, ne l’annonçant officiellement qu’en 2015, soit plus de deux ans plus tard.

À voir aussi