/world/pacificasia
Navigation

Confinement d'Auckland: «ces cas mystérieux continuent d'arriver»

Confinement d'Auckland: «ces cas mystérieux continuent d'arriver»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Auckland, la plus grande ville de Nouvelle-Zélande, va rester confinée pour au moins une semaine supplémentaire afin de juguler la propagation du variant Delta qui est «en hausse», a annoncé lundi la première ministre Jacinda Ardern.

Les deux millions d'habitants de la ville doivent rester chez eux à cause de l'apparition de plusieurs «cas mystérieux» qui n'ont pas encore pu être liés à des clusters, a expliqué Mme Ardern.

«Ces cas mystérieux continuent d'arriver et ce qui nous préoccupe, c'est le fait de les découvrir par la surveillance et le dépistage de la population, plutôt que par le traçage des contacts», a ajouté Mme Ardern.

La Nouvelle-Zélande a imposé un confinement national le 17 août dès l'apparition du premier cas de variant Delta, hautement contagieux.

Mais l'ordre de confinement a été levé la semaine dernière dans tout le pays à l'exception d'Auckland car tous les nouveaux cas étaient déclarés dans la ville.

La Première ministre a exclu de lever le confinement strict d'Auckland avant le 21 septembre mais a estimé que la ville, actuellement en alerte 4, soit le niveau maximal, devrait ensuite descendre d'un échelon.

Avec 33 cas locaux déclarés lundi dans la ville, Mme Ardern a dit s'inquiéter d'une levée précoce des restrictions.

«Le nombre (des cas) est en hausse et cela a été évident au cours des trois derniers jours», a-t-elle déclaré.

«Cela ne veut pas dire que les efforts collectifs faits à Auckland n'ont pas fait la différence», a poursuivi Mme Ardern.

La Nouvelle-Zélande suit une stratégie «zéro COVID» visant à éradiquer toute trace du coronavirus de son territoire, ce qui a conduit à un bilan de 27 morts sur 5 millions d'habitants depuis le début de la pandémie.

Aucun cas n'a été détecté dans la population pendant six mois avant les cas qui se sont déclarés en août, permettant aux Néo-Zélandais de profiter d'une vie quasi normale en dehors de la fermeture des frontières internationales.

L'apparition du variant Delta a provoqué des confinements immédiats à cause d'un taux de vaccination parmi les plus bas des pays développés, avec environ un tiers de la population éligible étant entièrement vaccinée.

À voir aussi