/news/society
Navigation

Granby: la belle-mère de la fillette décédée plaide non coupable

Coup d'oeil sur cet article

Un peu plus de deux ans après le décès tragique d’une fillette de sept ans à Granby, le procès de sa belle-mère s’est ouvert, lundi, au palais de justice de Trois-Rivières.

• À lire aussi: La confiance en la DPJ doit être restaurée, selon un expert

En deux heures, les 14 jurés, huit hommes et six femmes, ont été sélectionnés.

Assise dans le box des accusés, la femme de 38 ans a suivi la sélection calmement et sans démontrer la moindre émotion. Elle fait face à deux chefs d’accusation: un de meurtre au second degré et un autre de séquestration.

Même si le passeport vaccinal est exigé dans les palais de justice de l’Ontario, ici, les parties ont décidé de ne pas y avoir recours. On craignait de devoir éliminer un trop grand nombre de candidats. Mais selon Nicole Gibeault, juge à la retraite, ce sera tout un défi.

«Est-ce qu’on va être capable de soutenir ce procès pendant toutes ces semaines-là en espérant qu’il n’y ait pas d’éclosion?» s’est interrogée Nicole Gibeault, en entrevue à TVA Nouvelles.

Le procès devrait durer huit semaines et une vingtaine de témoins sont attendus.

Des policiers, des experts et des proches viendront raconter ce qu’ils savent de cette sordide histoire qui a mené à la Commission spéciale sur le droit des enfants et la protection de la jeunesse. Toutefois, les témoignages ne commenceront pas avant le 27 septembre.

D’ici là, une importante décision est attendue à savoir si le procès sera frappé d’un interdit de publication; une requête qui est contestée par TVA Nouvelles et les autres médias.