/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Jésus contre Lucky Luke

Conseil scolaire catholique Providence
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

L’affaire des livres brûlés en Ontario dans des « cérémonies de purification » a fait le tour du monde. Pour le Conseil scolaire catholique Providence, jeter au bûcher des Lucky Luke, des Astérix et des Tintin, semblait une idée tout à fait acceptable.

Mais si vous allez faire un tour sur le site de ce Conseil, vous allez découvrir que tous les livres, tous les mots et toutes les images n’ont pas la même valeur.

Cet organisme prodigue un enseignement religieux qui fait penser au Québec des années 1960.

Dès la petite enfance

« Intégration d’une composante religieuse dans l’enseignement de toutes les matières et dans chacune des activités ».

« Notre objectif no 1 : Élaborer et mettre en œuvre un plan de catholicité quinquennal pour soutenir l’engagement catholique du personnel et des élèves ».

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

« Tous les programmes et toutes les activités scolaires du Conseil cherchent à s’inspirer de l’enseignement et de la vie de Jésus ».

« Nos écoles offrent à votre enfant l’occasion de développer une connaissance plus approfondie des enseignements de Jésus et de participer à des célébrations liturgiques et eucharistiques en compagnie de ses pairs ».

« Le Conseil scolaire a le droit d’imposer des exigences de catholicité au sein de son institution et il a également le droit d’accorder une préférence à l’embauche de certaines personnes en fonction d’exigences catholiques ».

« De la petite enfance à l’âge adulte, la vie scolaire est imprégnée de la culture francophone et de la foi catholique ». 

« Tout nouvel enseignant au Conseil doit remplir une Fiche de référence sur la foi et fournir une lettre de référence pastorale » pour pouvoir être embauché. 

Voilà ce qu’on trouve sur le site de ce Conseil scolaire ontarien qui a autorisé le programme « Redonner à Mère Terre » et la destruction de 5000 livres.

Et pour rassurer les parents au sujet de la qualité du français, on affirme sur le site que « les prières du matin » se feront entièrement en français !

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher au micro de Philippe-Vincent Foisy:

Paroles de l’Évangile

Donc, si je résume, le centre scolaire catholique Providence a approuvé la destruction de livres sous prétexte qu’ils étaient désuets... mais il enseigne à ses élèves des paroles de l’Évangile, écrites il y a deux mille ans ?

On a brûlé des livres parce qu’ils ne « représentent pas la réalité »... mais on fait réciter une prière aux enfants tous les matins ?

On brûle des livres parce qu’ils véhiculent des stéréotypes sur des minorités (autochtones)... mais on propage les enseignements de la Bible avec tout ce que cela comporte de propos sur les homosexuels, les femmes, etc. ?

On brûle des livres qui peuvent influencer les esprits vierges des enfants... mais on intègre « une composante religieuse dans l’enseignement de toutes les matières » ?

On brûle des livres parce que les images d’autochtones torses nus ne sont pas « conformes à la réalité historique », mais on montre aux enfants des images de l’arche de Noé, du buisson ardent, de l’Immaculée Conception ?

Les enfants ne doivent pas être exposés aux idées dangereuses de Tintin, Astérix et Lucky Luke parce qu’ils sont trop jeunes pour faire la différence entre ce qui est bien et mal... mais on intègre dès la petite enfance des cérémonies liturgiques ?

Désolée, mais j’y perds mon latin.