/opinion/columnists
Navigation

Mettre en danger la vie des autres avec la COVID-19

Mettre en danger la vie des autres avec la COVID-19
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Samedi, 4000 personnes ont défilé dans les rues de Montréal. Un groupe protestait contre la vaccination, un autre clamait que la pandémie de COVID-19 était une fabrication et un troisième demandait le retrait du passeport vaccinal. 

Hier, un des manifestants est venu dans ma ruelle à l’occasion d’une corvée de nettoyage communautaire. Difficile de demeurer poli avec ces personnes sottes ou émotivement dérangées qui mettent en danger la vie des autres.

  • Écoutez la chronique de Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Environ 3 milliards d’humains ont reçu près de 6 milliards de doses de divers vaccins contre la COVID-19. Les effets secondaires graves sont rarissimes. Quant à la réalité de la COVID-19, elle crève les yeux avec, entre autres, les 4,6 millions de décès qu’elle a provoqués.

Le plus ironique est que des gens opposés au passeport vaccinal marchent aux côtés de ceux qui refusent la vaccination. Si les antivaccins se faisaient vacciner, le nombre des plus de 12 ans vaccinés contre la COVID-19 grimperait à 95 %. Un nombre similaire à celui des autres vaccins courants. Le passeport vaccinal deviendrait inutile.

Mais non, les anti-passeport vaccinal se sont associés aux manifestants antivaccins et avec ceux qui nient l’existence de la COVID-19. 

Ceux qui s’opposent uniquement au passeport vaccinal, contrairement aux autres manifestants, avancent des arguments qui méritent une réponse plus étoffée. Ils ne sont ni sots, ni dérangés.

Un allié pour les anti-passeport vaccinal

Ils ont des alliés importants. Hier, le gouvernement anglais a décidé de suspendre la mise en place du passeport vaccinal. Il se réserve cependant le droit de l’implanter si la situation se détériore. 

Les taux de vaccination du Royaume-Uni sont similaires à ceux du Québec. Là-bas, 89 % des plus de 16 ans ont reçu une dose du vaccin et 81 % en ont reçu deux.

Deux arguments 

Deux arguments ont convaincu le gouvernement anglais. D’abord, des lobbies du milieu du spectacle et de la restauration ont fait pression sur le gouvernement en indiquant que ce passeport serait très mauvais pour les affaires. 

Malheureusement pour eux, il appert que le passeport est bon pour le commerce. Il procure un sentiment de sécurité aux clients et l’économie des pays où il est implanté est prospère. Cet argument ne tient donc pas debout. Mais les lobbies anti-passeport peuvent mobiliser des électeurs, et c’est pourquoi certains députés refusent d’appuyer le passeport vaccinal.

Reste l’argument philosophique : plusieurs Anglais n’aiment pas l’idée d’une pièce d’identité qu’ils devraient porter sur eux pour participer à des activités. Sauf que la mesure est temporaire et que personne ne veut qu’elle demeure à long terme. Sauf aussi que le passeport n’est requis que pour certaines activités non-essentielles. 

L’argument philosophique ne résiste donc pas à l’épreuve des faits. 

Heureusement, les manifestants antivaccins et anti-passeport vaccinal sont de moins en moins nombreux. Mais ils sont dangereux.