/news/provincial
Navigation

Parc canin de Charny: un niveau de bruit conforme aux normes, selon une étude

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les récriminations de certains résidents, le bruit généré par le parc canin de Charny, à Lévis, est conforme aux normes du ministère de l’Environnement.

C’est du moins la principale conclusion d’une étude commandée par la municipalité à une firme privée (Soft dB) et rendue publique lundi après-midi. 

«Les bruits issus du parc canin (moins de 40 décibels) sont moins élevés que le bruit ambiant mesuré chez les citoyens à proximité de l’autoroute 73 (entre 51 et 56 décibels), a assuré le maire de Lévis, lors d’un point de presse. Les bruits du chemin qui passe devant les résidences est plus bruyant que les jappements de chiens.» 

D’après lui, «Les bruits du parc canin sont en deçà de 40 décibels, soit le niveau maximal de bruit permis la nuit par le ministère. Tous les niveaux acoustiques d’évaluation demeurent 10 décibels en dessous des limites permises». 

M. Lehouillier a tenu à minimiser la portée des contestations citoyennes entendues au cours des derniers mois. «Les plaintes qu’on reçoit, c’est deux ou trois citoyens. C’est pas tout le monde. On est dans du minimal», a-t-il insisté. 

«Transparence totale»

D’autre part, le maire de Lévis a rejeté du revers de la main les critiques exprimées dimanche par le parti politique «Repensons Lévis» qui a accusé son administration de manque de transparence. «C’est la transparence totale. Il n’y a pas grand-chose qui n’est pas rendue publique», a-t-il répliqué.   

Ce dernier a donné l’exemple de la transmission sur Internet des assemblées du conseil municipal, de la multiplication des assemblées d’information au fil des années et de la publication des fiches de prise de décision et des résolutions du comité exécutif.   

Interrogé par ailleurs sur les relations entre Québec et Lévis dans le contexte imminent de l’après-Labeaume, Gilles Lehouillier a qualifié les relations actuelles entre les deux municipalités de «cordiales dans l’ensemble».