/news/politics
Navigation

Projet d’aire protégée de la rivière Péribonka: Québec recule sur les coupes forestières

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault recule sur les coupes forestières controversées qu’il avait autorisées sur le territoire du projet d’aire protégée de la rivière Péribonka.

• À lire aussi: La mort infâme d’un arbre de plus de 400 ans

• À lire aussi: Épidémie de tordeuse du bourgeon: un «prétexte» pour couper des arbres dans Péribonka

« La rivière Péribonka est un joyau de notre patrimoine naturel et nous nous devons de la protéger », a indiqué le ministre de l’Environnement Benoit Charette, mardi, par écrit.

Protection

Québec « confirme son intention de protéger ce précieux territoire » et assure que « les coupes forestières prévues dans le secteur de Péribonka n’auront pas lieu cette année ». « Au cours des prochains mois, le gouvernement se concertera avec les acteurs régionaux pour déterminer les limites du territoire qui sera protégé », indique le gouvernement Legault.

C’est un coup de frein pour Québec, qui tentait de justifier depuis plusieurs mois des coupes forestières sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés dans ce territoire du nord du Lac-Saint-Jean, qui abrite notamment le caribou forestier.

Argumentation

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs faisait valoir que l’épidémie de tordeuse du bourgeon de l’épinette justifiait ces travaux forestiers. Il affirmait qu’en renonçant à ces arbres, il devrait couper une forêt saine ailleurs, qu’une forêt coupée se rétablit plus vite qu’une forêt affectée par la tordeuse.