/news/provincial
Navigation

Élections municipales: «J’ai rien à me reprocher», réitère Éric Mercier de Québec 21

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, présente ses deux nouveaux candidats: Éric Ralph Mercier (des Monts) est à gauche et Claude Duplessis (Saint-Louis–Sillery) est à droite.
Photo Taïeb Moalla Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, présente ses deux nouveaux candidats: Éric Ralph Mercier (des Monts) est à gauche et Claude Duplessis (Saint-Louis–Sillery) est à droite.

Coup d'oeil sur cet article

Éric Ralph Mercier, ex-député libéral et candidat de Québec 21 au poste de conseiller municipal, réitère qu’il n’a «rien à [se] reprocher» dans le dossier des allégations sur un mauvais climat de travail lorsqu’il était délégué général du Québec au Mexique.

«J’ai rien à me reprocher. Absolument rien [...] J’étais un gestionnaire. On m’a demandé de prendre des décisions pour le meilleur de la Délégation générale du Québec à Mexico et j’ai pris ces décisions», a déclaré celui dont la candidature a été révélée dans l’édition de dimanche du Journal.

En 2018, Le Journal a révélé que M. Mercier a laissé de mauvais souvenirs lors de son passage à la Délégation générale du Québec à Mexico, de 2014 à 2017. D’anciens employés, ayant requis l’anonymat, ont pointé ses absences fréquentes ainsi que certains mots très durs qu’il aurait proférés envers le personnel. Aucune plainte formelle n’a été déposée et aucune accusation n’a été portée contre M. Mercier. Ce dernier a d’ailleurs toujours réfuté ces «allégations» et a répété avoir démissionné de son poste «pour des raisons personnelles».

Mardi, M. Mercier a laissé entendre que les critiques qui l’ont visé provenaient de «gens qui ont été congédiés [de la Délégation] ou mis à pied pour toutes sortes de raisons». 

Jean-François Gosselin, chef de chef de Québec 21, s’est dit entièrement satisfait par les explications de son nouveau candidat. «On a un processus rigoureux de mise en candidature [...] On met tout sur la table. On discute. Je suis vraiment très fier», a-t-il assuré. 

Le tramway qualifié de «désastre écologique»

D’autre part, Claude Duplessis, candidat de Québec 21 dans Saint-Louis-Sillery, a carrément qualifié le futur tramway de «désastre écologique».  

«On va être en congestion permanente pendant cinq ans lors de la construction. Il va y avoir des entraves à la circulation partout [...] On va avoir la poussière des camions, le trafic. Qu’est-ce que ça fait des files de 300 voitures qui restent plantées là pendant une demi-heure ou trois quarts d’heure? Est-ce que c’est écologique?» s’est-il demandé. Ce dernier a également pointé du doigt les coupes d’arbres qui seront nécessaires dans le cadre du projet du tramway.   

Même à long terme, comme sur un horizon de 50 ans, M. Duplessis estime qu’un tramway électrique ne peut être considéré comme un projet écologique. Il a dit préférer le métro léger souterrain de Québec 21 dont l’impact sur l’environnement serait, d’après lui, très limité.