/news/elections
Navigation

Le Bloc québécois n’a pas à représenter les intérêts des Acadiens, selon la SANB

Coup d'oeil sur cet article

Une visite annulée du chef du Bloc québécois au Nouveau-Brunswick a suscité la controverse, mardi. Le bloquiste et la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) partageant des versions différentes quant à cette décision.

• À lire aussi: Question controversée: montée du Bloc après le débat en anglais

Le chef du Bloc québécois était attendu mardi après-midi à Caraquet, au Nouveau-Brunswick, alors qu’il souhaitait rencontrer la SANB pour parler des intérêts des Acadiens, une visite qui a cependant été annulée en matinée.

«Il y avait une rencontre confirmée avec Alexandre Cédric Doucet qui avait été aussi cautionnée par la direction de l’association qu’il représente et le conseil d’administration a exercé des pressions pour l’obliger à annuler une rencontre qui était bel et bien confirmée», a déclaré Yves-François Blanchet, qui était alors présent aux Îles-de-la-Madeleine.

«Ces gens-là ont eu une seule voix à la Chambre des communes, et ça a été le Bloc québécois. Et j’avais bien envie d’aller en parler avec les Acadiens qui sont au Nouveau-Brunswick», a-t-il également avancé.

L’association acadienne a cependant voulu revenir sur cette décision quelques heures plus tard, affirmant dans un communiqué que la version des faits de M. Blanchet «est simplement fausse».

«Bien que nous sommes reconnaissants de la volonté de qui que ce soit de nous appuyer dans notre quête d’égalité, les Acadiennes et les Acadiens du Nouveau-Brunswick n’ont pas besoin du Bloc pour se faire entendre sur la Colline Parlementaire», a mentionné Alexandre Cédric Doucet, président de la SANB.

Il a notamment indiqué que la raison pour laquelle l’organisme n’a pas voulu rencontrer le chef bloquiste est que «le Bloc n’est pas et ne doit pas être la voix des Acadiens à Ottawa».

«Le fait que le chef d’un parti politique qui ne présente aucun candidat à l’extérieur du Québec prétende être la voix des francophones hors Québec et des Acadiens à la Chambre des communes, et ce pour des raisons purement électoralistes, représente un manque de respect envers les élus et leaders issus de notre communauté qui travaillent d’arrache-pied pour faire avancer nos collectivités», a ajouté M. Doucet.

À voir aussi