/finance/business
Navigation

Les fabricants de bornes de recharge à bout de souffle

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que le marché de la voiture électrique est en plein essor, plusieurs fabricants de bornes de recharge se retrouvent à bout de souffle.

C’est le cas pour la compagnie Elmec, de Shawinigan, en Mauricie. Faute d’avoir suffisamment de personnel, l’entreprise doit refuser des contrats. Dans les derniers jours, elle a dû refuser deux commandes américaines de 1000 unités chacune.

Même en étirant les journées et les semaines de travail, il est impossible de faire face à la demande. «L’augmentation est assez fulgurante. La demande vient de l’Ouest canadien et des États-Unis parce que nos compétiteurs subissent les mêmes augmentations de volume et sont en rupture de stock et ne parviennent pas à fournir», a commenté Jean-Marc Pittet, président d’Elmec.

L’organisme Mobilité électrique Canada redoute que cette situation vienne freiner le virage vers l’électrification des transports. «Les fabricants étaient capables de répondre à la demande au niveau de la fourniture et là, présentement, ce sont plusieurs semaines voire plusieurs mois d’attente pour certains modèles de borne en particulier. C’est à cause des problèmes d’approvisionnement en pièces et c’est sans parler évidemment de la pénurie de main-d’œuvre», a remarqué Daniel Breton, président de Mobilité électrique Canada.

En ce qui concerne les semi-conducteurs en forte pénurie mondiale, Elmec n’entretient toutefois aucun souci. L’entreprise avait anticipé la rareté et stocké en forte quantité. Ainsi, elle dispose de suffisamment de composantes pour soutenir une période d’un an de production.