/world/europe
Navigation

Les Pays-Bas mettent fin à la distanciation sociale et annoncent un « passeport COVID »

Les Pays-Bas mettent fin à la distanciation sociale et annoncent un « passeport COVID »
AFP

Coup d'oeil sur cet article

LA HAYE | Les Pays-Bas ont annoncé mardi un allègement des restrictions liées à la pandémie de COVID-19, dont la fin de la distanciation sociale, et la mise en place d’un « passeport COVID » pour entrer dans les bars, les restaurants et les festivals. 

Le passeport, qui montrera une preuve de vaccination, de guérison du coronavirus ou d’un test négatif, sera nécessaire pour les personnes de 13 ans et plus à partir du 25 septembre, a indiqué le premier ministre Mark Rutte.

Les taux de contamination baissent aux Pays-Bas, qui au début de la pandémie avait mis en place des restrictions parmi les plus lâches d’Europe, mais les a ensuite durcies durant une seconde vague meurtrière.

Les Pays-Bas mettent fin à la distanciation sociale et annoncent un « passeport COVID »
AFP

« Je suis heureux d’annoncer aujourd’hui qu’à partir du 25 septembre, la distanciation sociale obligatoire de 1,50 mètre sera abandonnée », a déclaré M. Rutte lors d’une conférence de presse télévisée. « Cela signifie que plus de gens peuvent se rendre au café ou au restaurant en même temps. Cela signifie aussi que les festivals et les évènements sportifs pourront à nouveau se tenir au maximum de sa capacité ».

Il a aussi souligné que les passeports sanitaires étaient « déjà utilisés dans de nombreux pays » voisins.

En France, un des premiers pays européens à mettre en œuvre ce fameux passeport, il a aidé à accélérer la vaccination contre la COVID-19.

Le gouvernement néerlandais a rejeté les critiques d’opposants tels que le politicien populiste et coronasceptique Thierry Baudet, qui affirme que le passeport est une façon d’imposer la vaccination.

« Non, utilisant le passeport coronavirus ne force personne à se faire vacciner. Vous pouvez aussi effectuer des tests pour pouvoir entrer quelque part, et pour l’instant cela reste gratuit », selon le ministre de la Santé Hugo de Jonge.

Le port du masque de protection reste néanmoins obligatoire dans les transports publics et les aéroports, mais pas dans les trains ni sur les quais des tramways.

À VOIR AUSSI