/news/provincial
Navigation

Reconversion du Colisée: Marie-Josée Savard veut rassurer le propriétaire du Roc Gyms

Reconversion du Colisée: Marie-Josée Savard veut rassurer le propriétaire du Roc Gyms
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec a l'intention d'impliquer les joueurs du secteur des sports émergents pour le projet de reconversion du Colisée, mais après l'élection du 7 novembre.

• À lire aussi: Conversion du Colisée: le proprio du Roc Gyms craint une concurrence déloyale de la Ville

• À lire aussi: Sports émergents: Labeaume redonnerait le Colisée à la jeunesse

La vice-présidente du comité exécutif et candidate à la mairie réagissait aux craintes exprimées lundi par François-Guy Thivierge, propriétaire du centre d'escalade Roc Gyms. Celui-ci craint pour la survie de son entreprise avec la concurrence directe de murs d'escalades aménagés de l'autre côté de la rue, dans le Colisée. Le projet de 35 à 40 M$ avait été annoncé par l'administration Labeaume il y a quelques semaines. 

La conversion du Colisée est à l'étape de projet, fait valoir Mme Savard.

«Cette proposition reste une proposition. Et on sait que même si ce n'était pas à caractère électoraliste, on est à l'aube d'une élection municipale. Donc on n'a pas consulté les gens avant parce qu'on parle d'un projet qui peut évoluer avec le temps.»

Elle assure que les entrepreneurs du domaine seront consultés en cours de route, mais cela se fera après les élections du 7 novembre, dit-elle. «À la Ville de Québec, on n'a pas l'habitude d'aller en concurrence avec les entreprises. [...] On ne fera pas ça en concurrence avec les gens au pourtour, on va le faire en partenariat.»

Elle a avancé l'idée de lancer des appels de proposition pour la gestion d'une partie du lieu et d'appels à projets pour les entrepreneurs souhaitant se joindre au projet. 

Gosselin étonné

Mardi, le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin, s'est étonné d'apprendre que le principal acteur de l'escalade à Québec n'a pas été consulté. 

«La Ville de Québec vient compétitionner le Roc Gyms avec les taxes du Roc Gyms. M. Thivierge a raison d'être fâché. Mais Mme Savard dit toujours que c'est la continuité d'Équipe Labeaume. C'est ça, c'est la continuité: total manque de respect envers M. Thivierge.»

Il promet de présenter son propre projet pour le Colisée en campagne électorale. Il assure qu'il impliquerait le propriétaire du Roc Gyms s'il présentait un projet qui comporte de l'escalade. 

Manque de considération

Le chef de Québec forte et fière (QFF), Bruno Marchand, pense de son côté que la Ville a manqué de considération à l’égard de «partenaires» comme M. Thivierge ou encore les fédérations sportives.

Il déplore qu’un entrepreneur ait dû «sortir dans les médias pour dire “il me semble qu’il y a quelque chose qui ne marche pas”.»

«On essaie de nous démontrer qu’on consulte, qu’on travaille avec les citoyens, mais la réponse ne peut pas être plus claire. C’est écrit noir sur blanc. C’est pas le cas. C’est pas arrivé», a pourfendu M. Marchand, mardi matin.

Il a répété que l’annonce faite par la Ville dans ce dossier était «électoraliste» à ses yeux et que son parti est «sceptique» par rapport au bien-fondé du projet. Il se questionne à savoir si «c’est le bon projet, au bon endroit, au bon coût» et estime qu’«avant de développer une structure pour l’élite, il faut qu’il y en ait dans les quartiers». QFF dévoilera sa vision pour le Colisée dans les prochaines semaines.

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla et de Dominique Lelièvre