/sports/opinion/columnists
Navigation

Retour sans saveur

Coup d'oeil sur cet article

Même si le CF Montréal affrontait samedi soir l’une des équipes de tête de l’Association de l’Est, le Nashville SC, je m’attendais à beaucoup plus d’enthousiasme de la part des hommes de Wilfried Nancy. C’est plutôt le contraire qui s’est passé avec un revers de 1 à 0.

J’ai été très surpris de constater un manque de motivation et d’intensité. Il manquait de mouvement dans le jeu et les joueurs ne semblaient pas dépenser leur énergie en plus d’un manque de qualité évident en offensive.

Bien sûr, on peut minimalement excuser la performance de l’équipe, puisque ça faisait environ deux semaines qu’elle n’avait pas joué. Mais il n’y a aucune raison pour ne pas amorcer le duel avec agressivité et une soif du ballon, surtout devant ses fans au Stade Saputo.

Des fois, il est possible de prédire la manière dont les joueurs se comporteront en les observant dans le vestiaire ou lors du réchauffement. J’aurais été curieux de voir quelle était l’atmosphère avant le match parce que, pour être bien honnête, les joueurs n’ont pas offert grand-chose à leurs partisans lors de ce duel.

Même si peu de choses ont bien fonctionné, c’est principalement l’offensive qui a été le problème. Il n’y a pas eu beaucoup de création vers le but adverse. Joaquin Torres a bien essayé, mais il n’a pas réussi. Mathieu Choinière et Ahmed Hamdi sont plutôt restés en périphérie. Et il y a Bjorn Johnsen, qui, malheureusement, ne mérite toujours pas de jouer. Et puis, comble de malheur, Djordje Mihailovic a probablement disputé son pire match avec Montréal. Il a eu de la difficulté avec tous les aspects de son jeu et n’a pas connecté avec les attaquants.

Des fois, quand le club ne gagne pas, il est tout de même en mesure de construire, d’être créatif et d’avoir des opportunités. Mais ce ne fut pas le cas. 

Zachary Brault-Guillard, même sur le flanc, a été l’unique joueur constamment dangereux. Il a été le seul qui a menacé un tant soit peu la défensive adverse.

L’exemple de Nashville

D’ailleurs, l’équipe de Nashville SC est un superbe exemple. C’est une formation très solide en défensive, qui n’est pas spectaculaire, mais est deuxième dans l’Est, derrière le puissant Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

La raison principale de son succès est sa performance défensive match après match. 

De son côté, Montréal en arrache, particulièrement avec le trio défensif formé de Zorhan Bassong, Joel Waterman et Kamal Miller. Le premier n’est pas un arrière central, Waterman n’a pas encore les habiletés pour évoluer à cette position, et Miller, qui est tout de même constant, pourrait toutefois être meilleur avec d’autres joueurs, comme Kiki Struna et Rudy Camacho.

En attaque, on espère que Romell Quioto recommencera à jouer rapidement, car il est le seul attaquant digne de ce nom, en raison de la blessure à Mason Toye.

Capable de mieux

Même si le revers n’était pas souhaitable, il est clair que Montréal est capable de faire mieux, notamment avec Quioto, Struna et Camacho dans la formation. Je pense que les joueurs sont vraiment déçus, pas seulement de la défaite, mais de leurs performances individuelles aussi.

Wilfried Nancy n’a pas tous les atouts devant lui en raison des blessures et le tout s’est matérialisé par une performance assez ordinaire. Il a dit après le match qu’il y a eu des ajustements dans la structure, mais que certains joueurs étaient hors position. Toutefois, quand il manque d’enthousiasme et de qualité, la plupart du temps, avoir une structure parfaite n’aide pas tant que ça.