/news/politics
Navigation

Savard ouverte à l'idée d'un 3e lien réservé au transport collectif

Savard ouverte à l'idée d'un 3e lien réservé au transport collectif
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

La candidate à la mairie Marie-Josée Savard estime que l’idée d’un tunnel réservé uniquement au transport collectif entre Québec et Lévis est à creuser.

• À lire aussi: Terres des Soeurs de la Charité: Savard se dit prête à collaborer pour le projet de préservation

• À lire aussi: Usage réservé au transport collectif: la seule solution acceptable pour le 3e lien

« Oui, c’est sûr que ça peut être intéressant d’avoir un troisième lien seulement pour le transport en commun. »

Mme Savard réagissait à la proposition faite dans un ouvrage écrit par trois chercheurs de l’Université Laval, qui soutiennent que la seule solution acceptable pour un tunnel entre les deux rives est celle de réserver ses voies au transport collectif.

Car l’ajout de voies automobiles n’a jamais réussi à régler les problèmes de congestion où que ce soit dans le monde, disent les chercheurs dans Comment survivre aux controverses sur le transport à Québec.

En attenTe du projet

Marie-Josée Savard rappelle qu’il s’agit d’un projet du gouvernement et ne se prononce pas clairement sur sa position quant à celui-ci.

Elle martèle que pour son équipe, « l’idée première, c’est de s’assurer, lorsque le projet sera déposé, qu’il n’ait pas d’impact dans nos quartiers. On attend un projet clair du gouvernement. » 

Elle dit avoir pris connaissance de l’avis de six conseils de quartier qui se sont prononcés contre le projet, craignant l’augmentation du transport routier et de la pollution dans leur milieu de vie.

« Je les comprends, c’est vrai qu’il y a eu beaucoup d’amour qui a été mis dans ces quartiers. » Elle promet de défendre les citoyens le temps venu.

L’opposition réagit

Invités à leur tour à commenter l’idée d’un tunnel réservé au transport collectif, le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, et celui de Québec forte et fière, Bruno Marchand, ont évité de donner leur avis sur le fond de la question.

« La portion autoroutière [du tunnel], c’est le gouvernement du Québec évidemment qui est responsable de ça. Ce sera à eux de présenter les plans et d’avoir l’acceptabilité sociale », a soutenu M. Gosselin.

M. Marchand, lui, a prévenu que « la question des tests environnementaux, la question de l’impact sur l’environnement, la question de l’impact sur l’écologie autour, est super importante » et que « le gouvernement a le fardeau de la preuve » à ce sujet.

Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec, a pour sa part souligné qu’il défend depuis 2020 la proposition d’un lien sous-fluvial consacré uniquement au transport collectif.

« C’est une idée qui rallie les gens, je l’ai testée, j’en parle sur le terrain et elle plaît. Bien des gens ne veulent pas de la dimension autoroutière, alors c’est une solution gagnant-gagnant. »

– Avec Taïeb Moalla et Dominique Lelièvre