/world/usa
Navigation

Californie: victoire pour le camp démocrate et le gouverneur, qui remporte le référendum

Californie: victoire pour le camp démocrate et le gouverneur, qui remporte le référendum
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Victoire pour le camp démocrate de Joe Biden: les électeurs de Californie ont décidé de maintenir en fonction leur gouverneur, votant très majoritairement «non» au référendum organisé par ses détracteurs pour obtenir sa révocation, selon les premières estimations diffusées mardi soir par les médias américains.

• À lire aussi: Parlons de Gavin Newsom

• À lire aussi: En Californie, l’étrange référendum qui pourrait coûter cher aux démocrates

Moins d’une heure après la fermeture des bureaux de vote (20H00 heure locale, 03H00 GMT mercredi), le «non» obtenait environ deux-tiers des voix après dépouillement de plus de 60% des bulletins déjà comptabilisés, selon CNN et NBC.

Avec une telle avance, les deux chaînes estiment que le démocrate Gavin Newsom va rester gouverneur de l’État le plus peuplé des États-Unis et terminer son mandat, même si les bulletins républicains rééquilibrent le score dans les heures ou jours à venir.

Quelque 9 millions d’électeurs avaient voté de manière anticipée, ce qui a permis d’obtenir de premières projections rapides.

L’issue du scrutin est une victoire pour le gouverneur Gavin Newsom, fragilisé par la crise du Covid et les mesures sanitaires décrétées pour endiguer la pandémie, mais aussi pour l’ensemble du camp démocrate.

Preuve de l’enjeu national de ce référendum dans un État équivalent à la cinquième puissance économique mondiale, le président Joe Biden s’était rendu lundi en Californie pour soutenir M. Newsom et mettre toutes les chances de son côté pour remporter ce premier test électoral depuis son élection à la Maison blanche l’an dernier.

Ce vote «dit oui à ce qui nous est cher à nous, Californiens», a lancé Gavin Newsom à l’annonce de ces premiers résultats. «En tant qu’État, nous avons dit oui à la science, oui aux vaccins, oui à la fin de la pandémie (...) oui au droit de vote sans craindre de fausses accusations de fraude», a dit le gouverneur.

Tout comme Donald Trump, la plupart des candidats républicains qui espéraient prendre la place du gouverneur avaient commencé à contester le scrutin et à crier à la fraude électorale avant même la fin des opérations de vote, une stratégie devenue désormais banale dans le camp conservateur.

Favori en cas de victoire du «oui», l’animateur de radio ultra-conservateur Larry Elder a jusqu’à présent refusé de dire s’il accepterait les résultats du scrutin. Il a lancé un site internet invitant ses partisans à dénoncer toute irrégularité dont ils seraient témoins afin de préserver «l’intégrité» du vote.

Réunis dans le comté d’Orange pour ce qui était annoncé comme une «ête de la victoire», des partisans de Larry Elder niaient les résultats égrenés mardi soir par les télévisions. «Nous ne croyons pas à ces sondages, pas vrai?», a lancé Kelly Ernby à une foule parsemée des casquettes rouges «Make America Great Again» des fans de Donald Trump.

Larry Elder, «c’est le clone de Donald Trump», avait lancé la veille le président Joe Biden lors de son déplacement près de Los Angeles.

280 millions de dollars

Utilisant une disposition de la Constitution californienne, des citoyens mécontents - très vite ralliés par le parti républicain - ont obtenu ce «scrutin de rappel» permettant de révoquer un gouverneur en dehors de tout calendrier électoral, après avoir recueilli plus de 1,5 million de signatures.

En écho au profond clivage qui divise les États-Unis, les Californiens partisans du référendum dénoncent des impôts excessifs, une «élite» démocrate perçue comme méprisante et des libertés individuelles bafouées par les autorités depuis le début de la pandémie.

Les opposants y voyaient une manoeuvre pour se porter aux commandes d’un État farouchement démocrate, hors d’atteinte pour les conservateurs lors d’un scrutin classique.

Les électeurs avaient le choix entre 46 candidats, en grande majorité républicains, parmi lesquels l’Afro-américain de 69 ans Larry Elder, Afro-américain de 69 ans, l’icône transgenre Caitlyn Jenner, célèbre pour son appartenance au clan Kardashian, et une multitude d’autres candidats plus ou moins farfelus.

«Nous devons nous débarrasser de notre gouverneur parce que je pense que c’est un démocrate corrompu, comme les gens que nous avons au gouvernement fédéral (...) Nous avons besoin de quelqu’un qui représente vraiment le peuple», a lancé Farid Efraim, qui a voté pour M. Elder.

«Ce référendum est ridicule, rétorque Jake, 38 ans, interrogé par l’AFP à la sortie d’un autre bureau de vote. J’ai calculé que même si chacun des électeurs votait effectivement, ça coûtera plus de douze dollars par bulletin...», relève-t-il.

Le coût du référendum est estimé à près de 280 millions de dollars par les autorités.

Il y a 18 ans, un vote similaire avait permis à Arnold Schwarzenegger de conquérir la Californie en faisant chuter le gouverneur démocrate de l’époque.

Le référendum sur la révocation du gouverneur en chiffres

Les électeurs californiens ont tranché: ils ont très majoritairement voté “non” au référendum organisé mardi par les détracteurs du gouverneur démocrate Gavin Newsom pour obtenir sa révocation.

Voici quelques chiffres-clés sur ce scrutin.

  • 66,7: Le pourcentage d’électeurs qui ont rejeté la demande de révocation de M. Newsom, d’après les estimations données par les médias américains après la fermeture des bureaux de vote. À ce stade, 8,3 millions de bulletins avaient été comptés, environ 64% du total.
  • 1911 : C’est l’année où la Californie s’est dotée de cette procédure qui autorise les mécontents à organiser un “scrutin de rappel” d’un gouverneur ou autre officiel élu s’ils recueillent le nombre de signatures requis.
  • 55 : Le nombre de fois où une pétition pour demander le rappel d’un gouverneur a été lancée depuis lors.
  • 2 : Le nombre de fois où cette procédure a effectivement abouti à la tenue d’un référendum. Le seul précédent réussi a eu lieu en 2003, contre le démocrate Gray Davis. Et c’est le «Terminator» Arnold Schwarzenegger qui a pris sa place à cette occasion.
  • 46 : Le nombre de candidats qui étaient sur les rangs pour remplacer Gavin Newsom. 24 d’entre eux sont des républicains déclarés, neuf sont démocrates, dix non inscrits, deux membres des Verts et un est Libertarien.
  • 8 : Le nombre de candidats portant le prénom Kevin ou David, soit plus de 17% du total.
  • 22 millions : Le nombre d’électeurs inscrits pour ce référendum. La Californie a une population de 40 millions de personnes, ce qui en fait l’Etat américain le plus peuplé.
  • 7,7 millions : Le nombre de voix recueillies par Gavin Newsom lors de son élection en 2008. Son adversaire républicain, de nouveau en lice cette fois-ci, avait obtenu 4,4 millions de suffrages. 
  • 1,5 million : Le nombre de signatures requis pour déclencher l’organisation du référendum de révocation.
  • 350 : Le prix, en dollars par convive, du menu de base proposé par The French Laundry, un restaurant trois étoiles au guide Michelin proche de San Francisco où M. Newsom a été vu en train de dîner avec des amis, en intérieur et sans masque, en plein confinement lié à la pandémie. Des photos de la scène ont fait scandale et vraisemblablement dopé le nombre de mécontents ayant signé la pétition hostile au gouverneur.
  • 280 millions : Le coût approximatif, en dollars, de cette consultation. Quelque 69% des électeurs qui prévoyaient de se rendre aux urnes mardi estimaient qu’il s’agit d’un gaspillage d’argent public.